"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2443175 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Usine Pilpa à Carcassonne : fermeture, 9 mois après le rachat par un fond d’investissements

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Usine Pilpa à Carcassonne : fermeture, 9 mois après le rachat par un fond d’investissements


Ce sont 123 emplois qui sont supprimés à l’occasion de la fermeture de l’usine Pilpa de Carcassonne, filiale du géant américain de la crème glacée R&R.

Neuf mois après son rachat par un fonds d’investissement américain la fermeture était annoncée en juillet et vient d’être confirmée.

Coup dur pour les salariéEs, d’autant que 45 d’entre eux ont plus de 50 ans.

Certes, la direction s’est engagée à verser des indemnités supra-légales et a fait une vingtaine de propositions de reclassement sur d’autres sites… mais en Pologne, en Allemagne, en Italie ou au Royaume-Uni !

Avant son rachat malheureux en 2011, Pilpa appartenait à la coopérative laitière 3A. L’entreprise comptait alors comptait 156 salariés et un équivalent temps plein de 80 intérimaires, a fait savoir Rachid Aït Ouakli, élu CGT au comité d’entreprise qui proteste contre cette décision : "L’usine est tout à fait viable avec la crème glacée. Ils nous ont achetés pour prendre la marque, nos licences pour les glaces Oasis et Disney, et se débarrasser d’un concurrent".

Les salariés envisagent de dénoncer en justice le plan social.


Brève mise en ligne le 12 novembre 2012