"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442050 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Fralib : le projet alternatif de reprise présenté à l’Assemblée Nationale

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Fralib : le projet alternatif de reprise présenté à l’Assemblée Nationale


Après 800 jours de lutte, les salariés de l’usine Fralib de Gémenos (Bouches-du-Rhône), ont présenté jeudi, lors d’une conférence de presse à l’Assemblée Nationale, leur projet de reprise de l’entreprise sous forme de Scop.

"Toutes les conditions sont réunies aujourd’hui pour mettre en oeuvre notre projet alternatif", a déclaré Olivier Leberquier, délégué syndical CGT de l’usine.

Soixante-douze des 182 anciens employés de Fralib sont partie prenante à la création de cette Scop, après la fermeture de l’usine de Gémenos par le groupe anglo-néerlandais Unilever qui la jugeait non rentable et bloque ce projet en refusant de céder la marque Elephant.

Pourtant, les salariés ont indiqué avoir bouclé leur projet grâce à quatre partenaires : un directeur opérationnel qui apportera son savoir faire, un industriel du thé qui fournira la matière première à partir de ses propres plantations, un industriel spécialisé dans les petits déjeuners, et un industriel prêt à investir 15 à 20 millions d’€.

"Nous demandons la cession de la marque Elephant pour un euro symbolique", a affirmé Olivier Leberquier, estimant que cette marque, née à Marseille il y a 120 ans avant d’être reprise par Unilever, était "un patrimoine de la Nation et des salariés […] Aujourd’hui, l’Etat doit obliger Unilever à assumer ses responsabilités en l’amenant à céder Elephant".


Brève mise en ligne le 21 décembre 2012