"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2412322 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Shelbox aux Salles-de-Gardon : la justice doit permettre une solution de reprise viable et crédible

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Shelbox aux Salles-de-Gardon : la justice doit permettre une solution de reprise viable et crédible


Alors que commence 2103, les 60 salariés de la société de fabrication de mobile-homes sont inquiets pour leur avenir suspendu à une décision du Tribunal de commerce de Nîmes le 15 janvier prochain. La justice prononcera-t-elle la mise en liquidation judiciaire de l’entreprise ou va-t-elle donner le feu vert pour la poursuite de la période d’observation pour six mois ?

En attendant la décision, le syndicat CGT Shelbox, l’union départementale CGT 30, la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT, l’Union syndicale des travailleurs de la métallurgie CGT du Gard en appellent à la clémence du tribunal : “Prendre du temps, c’est gagner du temps. Ce que nous voulons affirmer, c’est que la période d’observation soit maintenue pour éviter la liquidation et par la même le licenciement des salariés qui se battent pour la survie de l’entreprise. Sur notre secteur (Bassin alésien et du Gardon) fortement touché par le chômage, il est très important de soutenir l’emploi industriel. Il nous faut du temps aussi pour que les repreneurs potentiels puissent faire leur proposition et mettre en place leurs projets” précise Marc Bastide de la CGT de la Métallurgie du Gard.

En effet, deux repreneurs potentiels se sont fait connaître. Des exploitants en logistique (Moncassin et Xavier Ninon), sont intéressés par la société de Salles-du-Gardon qui enregistre un taux de croissance de 10% avec une production plus que doublée de 2011 à 2012 (600 mobile-homes fabriqués en 2011 contre 2000 en 2012) : “Nous connaissons leurs envies de diversifier leurs activités avec Shelbox. Moncassin porte une réflexion sur le marché du logement tandis que Ninon travaille sur un réseau plus traditionnel (Camping etc). Et sans trop vouloir nous avancer, on peut dire que ces deux groupes sont prêts à s’engager sur une reprise avec pratiquement l’ensemble du personnel. Preuve que nous ne sommes pas en surcapacité du personnel. Si nous en sommes là maintenant, c’est tout simplement à cause d’une mauvaise gestion des comptes de la direction ” accusent les représentants syndicaux. Un troisième groupe aurait montré son intérêt et pas des moindres, le numéro 1 des mobile-homes : Triganeau. “Là, c’est moins certain mais la société les intéresse sur un point de vue géographique puisque le groupe Triganeau est implanté sur la côte Atlantique. Pour eux, s’installer près de la Méditerranée leur permettrait de faire quelques économies de livraison” explique Simon Gévaudan, membre de la direction confédérale de la CGT.

En attendant que les décisions tombent, les 60 salariés et leur syndicat CGT seront reçus le 11 janvier par le sous-préfet à Alès afin de poursuivre les discussions sur l’avenir de l’entreprise.


Brève mise en ligne le 4 janvier 2013