"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2438894 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
PSA Aulnay : les salariés n’acceptent pas d’être licenciés sans rien

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

PSA Aulnay : les salariés n’acceptent pas d’être licenciés sans rien


Ce mercredi 16 janvier, 300 salariés de l’équipe du matin ont décidé de se mettre en grève reconductible avec occupation de l’usine pour protester contre les mesures proposées par la direction qui accompagnent la fermeture du site d’Aulnay. La production n’a pas démarré et est paralysée.

Dans un communiqué, la CGT indique que "les fausses négociations démarrées en novembre dernier ne donnent strictement rien du tout, la direction refusant de négocier les revendications des salariés." Comme des centaines de milliers de salariés aujourd’hui en France, les salariés de PSA sont directement menacés de licenciement malgré les promesses de la direction de ne procéder à aucun licenciement.

"C’est tout le contraire qui est en train de se préparer", affirme la CGT avant de détailler :
- Concernant les seniors, la direction refuse de mettre sur pied un dispositif de pré-retraite dès 55 ans et ne propose qu’un départ anticipé de 24 à 30 mois qui ne concerne qu’une faible minorité de salarié. "PSA se prépare à faire des licenciements massifs de vieux travailleurs."
- Concernant le reclassement sur le site, la direction ne propose au mieux que 540 emplois sous payés (1100€ par mois), sans garantie de pérennité. "Nous sommes loin des 1500 emplois promis !"
- Concernant les autres départs externes, comme pour PSA Melun : le Pôle emploi après 12 mois de congé reclassement.
- Concernant les mutations dans les autres usines du groupe : La direction propose moins que pour ceux de PSA Melun : une prime de mutation de 5000€ brut et imposable (3900€ net) contre 5000€ net pour Melun. Les autres primes liées à la mutation sont conditionnées à des critères extrêmement sévères. Seule une infime minorité de salariés pourront en bénéficier.

"Voilà le fameux plan social exemplaire de PSA", insiste la CGT ! "En réalité c’est un plan au rabais où PSA veut écraser les salariés. Les salariés refusent catégoriquement d’accepter ces propositions ridicules qui sont aujourd’hui pour certaines pire que celles qui ont été faites aux salariés de PSA Melun avant qu’ils ne se retrouvent en grande partie aujourd’hui au chômage."

Les salariés en grève exigent de la direction qu’elle reprenne les négociations à zéro en tenant compte de l’ensemble de leurs revendications qui ont été signées par près de 1600 salariés : "une pré retraite dès 55 ans et un CDI pour tous !"


Brève mise en ligne le 16 janvier 2013