"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440471 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Automobile : après PSA, Renault envisage de réduire ses effectifs de plus de 15%

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Automobile : après PSA, Renault envisage de réduire ses effectifs de plus de 15%


Rien ne va plus dans le marché automobile français. La marque au losange avait entamé, en octobre 2012, une négociation avec les syndicats. Dernier épisode : l’annonce mardi 15 janvier 2013 d’un plan qui entend supprimer 7500 postes.

Renault prévoit donc de passer de 44642 salariés à 37142, en misant essentiellement sur des départs naturels non renouvelés (5700).

Pour les 1800 postes restants, la direction propose d’élargir à tous les salariés un dispositif actuel de départs anticipés pour les fins de carrière.

A la clé : 400 millions d’€ d’économie sur les frais fixes, estime la direction qui pourrait ainsi, dit-elle, "retrouver des marges de manœuvre pour investir et développer ses activités", et réaliser des "recrutements dont elle a besoin pour l’avenir".

Sur les 7500 postes supprimés, 2000 le seront dans l’ingénierie, 1300 dans le tertiaire, 4200 dans les usines. "C’est une catastrophe pour l’ensemble des catégories de personnels", a réagi aussitôt Fabien Gâche, de la CGT, qui affirme qu’en réalité, il s’agirait de 8260 suppressions de postes et 760 embauches.

L’objectif de la direction, selon la CGT est de "produire autant avec au moins 5000 ouvriers de production en moins !"

En effet, d’ici 2016, selon la direction, le marché européen devrait remonter à 16 millions de véhicules. "En 2016, nous devrons produire alors en France 636000 véhicules, soit globalement ce que nous avons produit en 2011. Ainsi, les effectifs de fabrication Carrosserie/Mécanique passeront de 19200 à 15000, soit -22% si la direction parvient à obtenir la mise en place de son accord ! Et le tout, en maintenant au mieux un volume d’activité à minima !"

La CGT appelle les salariés à "ne pas laisser faire" et à "imposer d’autres choix". Elle a formulé de nombreuses propositions et appelle les centrales syndicales à débattre pour "construire une vraie stratégie industrielle au long court"


Brève mise en ligne le 16 janvier 2013