"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Voeux 2018

    La section syndicale CGT de l’Adapei-Papillons Blancs d’Alsace vous présente ses meilleurs vœux de Liberté, d’Égalité, de Solidarité, de Justice et de Paix…

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2490423 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le lundi 5 février 2018
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Olivier Voisin, reporter-photographe : mort pour vivre

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Olivier Voisin, reporter-photographe : mort pour vivre


Olivier Voisin, reporter-photographe indépendant, est décédé hier, dimanche 24 février, des suites de ses blessures, après avoir été atteint par des éclats d’obus en Syrie dans la région d’Idlib.

Le 20 février, il envoyait à une amie italienne un mail qui disait son engagement à informer et la difficulté grandissante à exercer un métier qui le passionnait mais était de plus en plus précaire.

Le Syndicat national des journalistes CGT a tenu, dans un communiqué, à lui rendre hommage, ainsi qu’à tous les journalistes morts en zone de conflit. Il a tenu a rappeler que les conditions d’exercice de cette profession, si justement décrites dans le dernier mail d’Olivier Voisin, pousse les reporters-photographes "pour s’assurer que les "clients" prendront [leurs] photos, à prendre de plus en plus de risques et à franchir les limites."

A cet égard, Olivier Voisin est décédé des suites de blessures en zone de conflit mais également par la faute d’un système qui impose précarité et mise en danger, au nom de l’information, à des hommes et des femmes investis dans leur métier.

Selon l’association Reporters sans frontières, plus de 20 journalistes ont trouvé la mort en Syrie.


Brève mise en ligne le 25 février 2013