"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409352 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Episode neigeux : le service public doit être renforcé dans ses moyens

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Episode neigeux : le service public doit être renforcé dans ses moyens


Après l’épisode neigeux de décembre 2010 la CGT de l’Equipement et de l’Environnement avait tiré le signal d’alarme notamment par un mémorandum CGT sur les dysfonctionnements des transports qu’elle avait déposé auprès de la précédente ministre et des pouvoirs publics.

Dans un communiqué de ce 12 mars 2013, elle souligne qu’à l’évidence, toutes les leçons n’ont pas été tirées ; on voit à nouveau les conséquences des politiques menées par le Gouvernement, dans le prolongement du précédent, de réduction continue et massive des effectifs et des moyens des services publics de l’Ecologie.

Les responsabilités du déneigement des routes ainsi que des autoroutes sont complexes aujourd’hui et ce n’est plus hélas, le seul recours aux services emblématiques qu’étaient les DDE avant le décentralisation qui permettaient de réaliser ces opérations. Les autoroutes privatisées, bien qu’assises sur des profits colossaux, ne sont pas épargnées. A titre d’exemple, aucune autoroute n’est praticable dans la Somme. L’A29, l’A16, l’A1 et l’A28 restaient impraticables vers 9h30. Idem sur les routes départementales avec une centaine de véhicules en rade sur un axe entre Amiens et la commune de Roye.

Par ailleurs, il a fallu faire face à une situation de gestion de crise aigüe en Basse-Normandie quasi paralysée par la neige ce mardi vers 7h30, en particulier dans la Manche et le Calvados où plus d’un millier de naufragés de la route ont été recensés dans la nuit. La préfecture du Calvados a compté "500 à 600 naufragés de la route sur le département", qui ont été hébergés notamment dans 17 salles communales, dans un département "quasi paralysé" par la neige. La préfecture de la Manche a recensé 595 personnes hébergées dans des salles communales.

Face à ce constat de paralysie d’une partie de la France sous un manteau blanc, il y a une interpellation en premier lieu des pouvoirs publics. La CGT de l’Equipement et de l’Environnement exige une nouvelle donne pour le développement et la reconquête des services publics contrairement aux choix budgétaires pour 2013 et le triennal 2013-2015 qui prévoient des économies drastiques.

Cela passe par l’arrêt immédiat des réductions des effectifs dans des secteurs aussi vitaux et à forte incidence économique. Observons que le coût de ces blocages de la circulation est sans commune mesure avec les économies systématiques recherchées sur les emplois publics. Affaiblir le service public de la route est un contre sens pour assurer les missions de la viabilité hivernale qui sont exigeantes de moyens et d’effectifs. Les agents sont confrontés aux pires conditions pour faire fonctionner ce qu’ils peuvent avec ce dont ils disposent comme moyens dans le cadre d’une organisation du travail qui leur est, à bien des égards, imposée.

La CGT de l’Equipement et de l’Environnement reste persuadée que le service ne peut plus être assuré comme il le faudrait et elle ne partage pas les propos du ministre Cuvillier préconisant aux usagers de rester chez eux ! Le désengagement de l’Etat et les conséquences des restructurations brutales intervenues (Décentralisation, Réforme de l’Etat, RGPP) sous le précédent Gouvernement ont conduit à la dégradation de son organisation sur les territoires et de sa capacité à prévenir et à gérer les situations de crise et à éviter que les usagers ne soient pris au piège.

Par ailleurs, personne ne pourra nier l’efficacité des informations météorologiques qui auraient du permettre d’anticiper l’épisode neigeux. La CGT de l’Equipement et de l’Environnement dénonce la poursuite des fermetures des centres départementaux de Météo-France qui continuera à fragiliser l’ensemble du système de prévisions et d’observations notamment la production de données locales de l’épaisseur de neige.

La CGT de l’Equipement et de l’Environnement tire à nouveau la sonnette d’alarme : ce ne sont pas les annonces récentes faites au travers de la Modernisation de l’action publique (MAP) qui sont de nature à améliorer cette situation.

Cela a aussi, des conséquences sur les conditions de travail des personnels d’exploitation du ministère de l’Ecologie qui effectuent leurs missions dans des conditions particulièrement difficiles. De même, l’externalisation de l’entretien du matériel a des impacts très directs sur l’exécution des tâches car n’ayant plus de Parcs de l’Equipement, dotés d’ouvriers spécialisés (OPA) au sein des Directions interdépartementales des routes (DIR), le matériel en panne ne peut plus être réparé dans des délais permettant une efficacité et une qualité du service public rendu aux usagers. Le dialogue social doit être au coeur de la mobilisation de la viabilité hivernale des services de l’Ecologie.

La CGT de l’Equipement et de l’Environnement demande d’urgence des tables rondes sur cet épisode neigeux avec la participation des représentants du personnel pour sortir de cette situation avec l’objectif de réponse aux besoins ce qui suppose la reconquête des moyens publics pour assurer les missions d’intérêt général.


Brève mise en ligne le 13 mars 2013