"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2408682 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
ArcelorMittal (Lorraine) : les élus du personnel demandent au gouvernement de reprendre le dossier

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

ArcelorMittal (Lorraine) : les élus du personnel demandent au gouvernement de reprendre le dossier


Depuis le comité central d’entreprise de ce jeudi 11 avril 2013, le groupe sidérurgique peut désormais lancer son projet industriel : l’arrêt définitif des hauts-fourneaux de Florange. Les élus du personnel ont tous voté contre ce plan et interpellent le gouvernement, ils ont notamment déclaré qu’ils écriraient au premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Les hauts-fourneaux, en veille depuis octobre 2011, vont maintenant être éteints définitivement et mis sous cocon pour une durée de six ans. "La mise sous cocon, qui démarre fin avril, devrait prendre trois mois", a déclaré Henri-Pierre Orsoni, directeur d’ArcelorMittal, à l’issue du CCE. Ce processus comprend diverses procédures liées à la mise en sécurité de l’installation, a-t-il précisé.

Alors que la direction d’ArcelorMittal assure que ses capacités de production en Europe sont suffisantes pour répondre à la demande d’acier à moyen terme, le cabinet Secafi -précise Philippe Verbeke de la CGT- estime que l’arrêt de la filière liquide à Florange va aboutir à un déficit de capacité du groupe.

"Nous avons demandé au gouvernement qu’il s’exprime à la lueur de ces nouveaux éléments", a-t-il indiqué, et "nous allons continuer à mobiliser l’ensemble des salariés d’ArcelorMittal en France contre cette stratégie destructrice".

Le volet social du projet s’ouvrira fin avril. 629 salariés sont concernés par l’arrêt de la filière liquide.


Brève mise en ligne le 12 avril 2013