"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2443487 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Sortie nationale le 1er Mai du documentaire "Entrée du personnel" : "On a mal le jour, on a mal la nuit"

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Sortie nationale le 1er Mai du documentaire "Entrée du personnel" : "On a mal le jour, on a mal la nuit"


Voir en ligne : Bande-annonce

Ce documentaire de Manuel Frésil a été réalisé à partir des récits de vie des ouvriers des grands abattoirs industriels.

"Au début, on pense qu’on ne va pas rester. Mais on change seulement de poste, de service. On veut une vie normale. Une maison a été achetée, des enfants sont nés. On s’obstine, on s’arc-boute. On a mal le jour, on a mal la nuit, on a mal tout le temps. On tient quand même, jusqu’au jour où l’on ne tient plus. C’est les articulations qui lâchent. Les nerfs qui lâchent…

Alors l’usine vous licencie.

"A l’origine de ce projet, il y a l’expérience sidérante de la visite d’un abattoir industriel, le plus grand de Bretagne. Je voulais voir l’outil, les procédures par lesquelles l’industrie agro-alimentaire qui nous nourrit, transforme les bêtes en viande. Le choc a été rude, dans un premier temps, je n’ai vu que les bêtes", raconte Manuela Frésil la réalisatrice.

Puis, petit à petit, notre regard se pose sur les femmes et les hommes, les gestes du travail, Les récits des salariés. Leurs rêves, leurs bonheurs, mais aussi leur difficultés, la pénibilité, la maladie et l’attachement au travail, à la vie avec les collègues, la volonté de ne pas s’avouer vaincu.

"Au-delà du vertige que produit le lieu de l’abattoir, l’enjeu central de ce film, est bien la question du travail. Pour en rendre compte, il faut mettre en rapport la chaîne, ce qu’on en voit, ce qu’on peut en filmer, avec cette parole des ouvriers. Le film se construit autour de ces deux pôles. D’un côté la rationalité et la modernité de l’usine à viande, le trouble produit par ce mode de transformation du vivant en matière inerte et consommable ; et de l’autre, le récit par les ouvriers de ce travail qui les détruits."

Les mots et les images parlent d’eux-mêmes, nous percutent, nous interrogent sur les moyens de reprendre la main sur les organisations du travail, nous invitent à en écrire un second épisode où le travailleur comme le consommateur y retrouveraient leurs comptes.


Brève mise en ligne le 25 avril 2013