"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440469 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Scandale de la viande de cheval : l’avenir de Fraisnor se décide au tribunal de commerce

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Scandale de la viande de cheval : l’avenir de Fraisnor se décide au tribunal de commerce


C’est l’angoisse qui domine chez les 110 salariés de Fraisnor à Feuchy (Pas-de-Calais), l’entreprise spécialisée dans la fabrication de lasagnes fraîches vendues dans toutes les grandes et moyennes surfaces françaises, sous marque distributeur. L’usine est à l’arrêt depuis le 2 mai et c’est ce mercredi que le tribunal de Commerce d’Arras examine la demande de liquidation judiciaire.

Fraisnor a été placé en redressement judiciaire le 6 mars avec une période d’observation de deux mois. "L’administrateur a demandé la liquidation judiciaire. On est en colère contre lui, il ne soutient même pas le plan de l’employeur", proteste Christian Delépine, représentant CGT.

Les salariés veulent y croire, d’autant que la communauté urbaine d’Arras qui a voté le rachat des bâtiments de Fraisnor pour 2,5 millions d’€, pour sauvegarder l’emploi et apporter de la trésorerie à l’entreprise, a déjà versé 300000€. Aujourd’hui, la collectivité craint qu’il n’y ait pas de continuation de l’activité et se refuse à financer un plan de licenciement.

Dans un communiqué, la CGT de Fraisnor indique qu’un de ses délégués syndicaux, Olivier Renaut, "a décidé d’entamer une grève de la faim depuis lundi 13 juin pour contraindre les pouvoirs publics et l’employeur à prendre leurs responsabilités, mettre en œuvre les engagements pris et tous les leviers financiers possibles pour permettre la continuation de l’activité de l’entreprise et l’emploi".

Dans un communiqué, la fédération CGT de l’agroalimentaire (FNAF-CGT) apporte son soutien aux salariés de Fraisnor qui "refusent d’être les sacrifiés de la mafiaviande" et sont "en lutte pour maintenir l’activité de leur entreprise et leur emploi, victime de la soif de profits de la grande distribution et des réseaux mafieux de la filière viande."

La FNAF-CGT rappelle les actions "courageuses des salariés de Fraisnor, l’occupation du stand du ministère de l’Agriculture au Salon de l’Agriculture à la marche de plus de 200 km du siège de l’entreprise à Feuchy (62) de 3 salariés jusqu’à l’Elysée pour déposer leurs revendications et rencontrer un représentant du Président de la République. Ces actions se sont soldées par diverses entrevues et engagements de la part des pouvoirs publics et de l’employeur qui tardent, pour le moins à se concrétiser, voire à être remis en cause."

Cliquez ici pour voir notre précédent article sur ce sujet


Brève mise en ligne le 15 mai 2013