"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2411002 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Médiator : 1 an plus tard, reprise du procès à Nanterre

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Médiator : 1 an plus tard, reprise du procès à Nanterre


Le procès des Laboratoires Servier, a commencé ce matin à Nanterre, en présence de Jacques Servier, leur fondateur. Il avait débuté le 14 mai 2012, il y a un an, mais avait été interrompu dès le début par le recours de la défense, sur un point juridique.

Les laboratoires Servier sont mis en cause dans les pathologies mortelles provoquées par le Médiator, médicament destiné aux diabétiques mais détourné de cet usage et largement vendu comme coupe-faim de 1976 à 2009, date de son retrait en France (lire notre article Chronologie d’un scandale sanitaire).

Selon un rapport d’experts rendu public en avril, le Médiator serait responsable à terme de la mort de 1300 à 1800 personnes par déformation des valves cardiaques, auxquelles s’ajoutent celles atteintes d’hypertension artérielle pulmonaire, pathologie rare, invalidante et incurable.

Parmi les victimes du Médiator qui avaient pu se déplacer ce jour là, Michel, Dominique et Roberte, soutenus par Indecosa-CGT (association de défense des consommateurs salariés de la CGT) avaient tenu à témoigner de leurs souffrances quotidiennes.

Cliquez ici pour écouter les témoignages

Jacques Servier ainsi que quatre anciens cadres des laboratoires Servier et de sa filiale Biopharma sont jugés à Nanterre et encourent quatre ans de prison et une amende de 75000€ ; Servier et Biopharma, en tant que personnes morales, une amende de 375000€ et une interdiction d’exercer.


Brève mise en ligne le 21 mai 2013