"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407899 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Etude TNS Sofres et Fédération hospitalière de France : l’hôpital public plébiscité par les Français

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Etude TNS Sofres et Fédération hospitalière de France : l’hôpital public plébiscité par les Français


Une grande majorité de Français affiche son attachement à l’hôpital public, selon une étude publiée mardi, confirmant que les urgences sont souvent un recours face aux difficultés à trouver un médecin.

Plus de 8 Français sur 10 sont très attachés au principe d’accessibilité à l’hôpital :

- 81% de la population française interrogée a une bonne opinion de l’hôpital public. Et les sondés réaffirment leur attachement au principe de l’accessibilité à l’hôpital public tant sur le plan géographique que financier.
- 35% des Français se sont rendus aux urgences cette année. Les principales raisons énoncées sont la garantie d’être hospitalisés en cas de besoin et la réalisation en un même lieu des différents examens.
- 59% des personnes sondées affirment être déjà prêtes à la télésurveillance médicale pour la transmission de données médicales interprétées par un professionnel de santé à distance.

Le principe d’accessibilité à l’offre de soins

Les résultats du baromètre réalisé en 2013 confirment l’attachement des Français à l’accessibilité géographique et financière de l’hôpital public :
- 47% des personnes interrogées estiment que l’accès à l’hôpital public, quel que soit son revenu, est l’élément le plus important.
- 29% de la population française souhaitent qu’il y ait toujours un hôpital à proximité, quel que soit son lieu d’habitation. Cet item est en progression de 10% par rapport à 2012 et est largement exprimé par les habitants d’agglomérations de moins de 2 000 habitants (43%).

Les urgences, une prise en charge garantie pour les Français

Depuis de nombreuses années, les urgences doivent faire face à un engorgement suscitant un débat sur les réponses à apporter à cette situation. La FHF a interrogé les Français pour connaître les raisons qui les poussent à venir aux urgences. Elles sont multiples :
- la garantie d’être pris en urgence si nécessaire est la première raison invoquée par 73% des Français
- 59% des personnes interrogées viennent aux urgences car les examens complémentaires tels que les radiographies, les analyses au laboratoire sont réalisés immédiatement
- près d’1 Français sur 2 (43%) ne trouve pas de médecin de garde en ville la nuit et/ou en week-end
- l’absence d’avancement de frais aux urgences est également un des motifs motivant la venue de 24% des Français aux urgences, surtout chez les personnes ayant des revenus compris entre 1 500 € et 2 300 € (37%).

La possibilité de contacter systématiquement le Samu par une orientation téléphonique préalable convainc 63% des Français.

Cette étude montre enfin que la télémédecine, qui permet de réaliser un traitement ou un diagnostic à distance grâce aux nouvelles technologies, est plutôt bien accueillie. Près des deux tiers (59%) des personnes interrogées sont prêtes à recourir à la télésurveillance médicale, qui permet de transmettre des données (analyses, radios, etc) à un professionnel de santé qui les interprète à distance.

Une majorité (53%) est par ailleurs d’accord avec le fait de prendre un avis complémentaire à celui de son médecin traitant par téléphone, messagerie ou visioconférence.

Toutefois, seulement 37% des Français se disent prêts à obtenir un diagnostic de leur médecin traitant par ces mêmes moyens

Résultats du 10e Baromètre FHF/TNS Sofres "Les Français et l’hôpital" dans le cadre des SALONS de la SANTÉ et de l’AUTONOMIE


Brève mise en ligne le 22 mai 2013