"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2438067 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Travail de nuit dans le commerce : les syndicats obtiennent une nouvelle condamnation

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Travail de nuit dans le commerce : les syndicats obtiennent une nouvelle condamnation


Saisie en référé par le Clic-P (intersyndicale du commerce de Paris CGT, CFDT, FO, CFTC, SUD et CGC), la justice vient d’interdire à la marque japonaise de vêtements Uniqlo de faire travailler au-delà de 21 heures les salariés de son magasin situé à proximité de l’Opéra à Paris.

Le tribunal de grande instance appuie sa décision sur la loi qui précise que le recours au travail de nuit entre 21 heures et 6 heures doit être exceptionnel et justifié par la nécessité d’assurer la continuité de l’activité économique ou des services d’utilité sociale. En vertu de quoi le TGI a interdit à Uniqlo "d’employer des salariés entre 21 h et 6 h (…) sous astreinte de 10000€ par infraction constatée". Fort de cette nouvelle décision, le Clic-P, qui multiplie ce genre de procédures sur les questions du travail dominical et du travail de nuit, déclare dans un communiqué qu’il "poursuivra ses efforts, pour que l’ensemble des entreprises du commerce respectent la législation en vigueur et pour que la concurrence ne se fasse pas sur le dos des salariés".


Brève mise en ligne le 7 juin 2013