"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2406665 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Michelin : 700 suppressions de postes annoncées d’ici à 2015

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Michelin : 700 suppressions de postes annoncées d’ici à 2015


La direction de Michelin vient d’annoncer son intention d’arrêter de produire les pneux pour poids lourds de son usine de Joué-lès-Tours, en Indre-et-Loire, ce lundi 10 juin. Cela entrainerait la suppression de 700 postes d’ici au premier semestre 2015. Si l’argument de la direction se concentre sur la baisse des ventes en Europe, le site aurait atteint plus de 50% de bénéfices en deux ans…

Joué-lès-Tours serait "alors spécialisé dans les produits appelés "semi-finis"", précise Michelin, avec à la clé le maintien d’environ 200 emplois sur les 930 existant actuellement. 730 postes seraient ainsi supprimés. 250 salariés pourrait bénéficieraient d’un départ en retraite anticipée. Les autres seraient déployés dans d’autres sites en France, notamment à La Roche-sur-Yon (Vendée), où un programme d’investissement de plus de 500 millions d’€ en recherche et développement est envisagé.

En 2009, l’usine avait déjà été touchée par un plan social, avec la suppression de 340 postes.

En novembre dernier, Michelin signalait que l’activité poids lourds était surcapacitaire de 50% en France. Les départs en retraite et les CDD n’étaient déjà plus remplacés, déplorait à l’époque Claude Guillon, délégué CGT. L’effectif de l’usine avait baissé de 1150 à 950 personnes entre 2011 et 2012.

Aussitôt après l’annonce, ce lundi, Claude Guillon a exprimé la colère des salariés en assurant que "si l’usine doit brûler, elle brûlera".

Le plan de sauvegarde de l’emploi devrait être exposé mercredi 12 juin aux représentants du personnel. Un comité central d’entreprise se tiendra à Clermont-Ferrand, au siège du groupe.


Brève mise en ligne le 10 juin 2013