"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407948 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Groupe hospitalier Paul-Guiraud de Villejuif : grève unitaire à l’hôpital psychiatrique

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Groupe hospitalier Paul-Guiraud de Villejuif : grève unitaire à l’hôpital psychiatrique


Des salariés du Groupe hospitalier Paul-Guiraud de Villejuif (Val-de-Marne), spécialisé en psychiatrie, étaient en grève mardi 20 août, sans perturber les soins.

Tous les syndicats de l’établissement (CGT, CFDT, Sud et FO) ont appellé à la grève pour dénoncer une décision de la direction de réduire, pour raisons budgétaires, les remplacements de personnels.

L’intersyndicale demande notamment à la direction de revenir sur sa décision de durcir les conditions de remplacement et suspendre le recours à des intérimaires. Le conflit dure depuis plusieurs semaines. "Nous voulons un budget à la hauteur des besoins" explique Eweda Malapa infirmière et secrétaire de la section CGT à Paul Guiraud. "Décider d’arrêter les remplacements en pleine période estivale ne fait qu’empirer la situation de flux tendus dans laquelle nous nous trouvons à l’hôpital.

La prise de risque est évidente : une nuit, deux infirmiers se sont retrouvés à deux pour s’occuper de deux étages, avec 20 patients à chaque étage ; le service de sécurité de nuit n’est plus constitué que de deux personnes au lieu de trois.

Nous avions déjà dénoncé en avril le plan d’austérité que voulait instaurer la direction. Nous, membres du personnel soignant, ne voulions pas avoir à choisir entre les conditions d’accueil des patients et nos acquis sociaux, comme les RTT. Or on nous proposait soit de fermer des unités, soit de passer à des journées de 12 heures, trop éprouvantes, ou encore à des journées de 7h30, avec donc moins de jours de récupération."

"La situation nuit à la tâche qui est la nôtre auprès des patients en termes de soins et de sécurité", dit Joël Volson, membre de l’intersyndicale et secrétaire Sud-Santé. "La psychiatrie, c’est du temps, de la relation. Le nombre d’incidents se multiplie, où un agent se retrouve seul", a-t-il dénoncé.

L’intersyndicale a annoncé vouloir mener d’autres actions au mois de septembre et demande à être reçus au ministère de la santé


Brève mise en ligne le 21 août 2013