"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2412310 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Swissport Cargo Roissy-Charles de Gaulle : quatre semaines et demi de grève pour les salaires (VIDEO)

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Swissport Cargo Roissy-Charles de Gaulle : quatre semaines et demi de grève pour les salaires (VIDEO)


Soutenus par leurs syndicats CGT, CFDT et FO et par l’union locale CGT de Roissy, plus des trois quarts des salariés de la société suisse de fret aérien Swissport, implantée sur la plate-forme aéroportuaire de Roissy, mènent une grève depuis quatre semaines et demi. "Nous réclamons une revalorisation de tous les salaires, le retour des tickets restaurants et la mise aux normes des locaux communs qui ne disposent pas d’une hygiène correcte et d’un matériel approprié", explique Hacène Hachemi, délégué CGT.

Mais la direction de l’entreprise est sourde et inflexible. Elle entend même déplacer le conflit dans un prétoire en assignant les salariés grévistes devant le tribunal de Grande instance afin d’obtenir une intervention de la police pour déloger les grévistes.

Dans ce conflit ils ont reçu le soutien du député de Sevran-Villepinte-Tremblay, François Asensi et de sa suppléante, Clémentine Autain.

Dans le détail, la plateforme revendicative portée par les trois syndicats comporte les points suivants :
- Dotation de la prime exceptionnelle pour tous ;
- Revalorisation de la prime de transport à 120€ ;
- Mise en place des 3 jours pour enfant malade ;
- Passer la prime d’ancienneté à 20 ans ;
- Remise en place des tickets restaurant ;
- Revoir les plannings concernant les jours fériés en repos ;
- Revalorisation de tous les salaires avec un minimum de 1600 €/mois
- Mise aux normes de tous les locaux communs avec une hygiène correcte et un matériel approprié ;
- Non à la dégradation des conditions de travail, de la santé et de l’hygiène des salariés ;
- Pour l’égalité de traitement dans les salaires, les primes versées et les plannings ;
- Le respect des accords d’entreprise concernant la mutuelle obligatoire pour tous, le cumul des majorations d’heures des jours fériés, nuits et dimanches.


Brève mise en ligne le 29 octobre 2013