"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439906 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
La Redoute : casse sociale au catalogue

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

La Redoute : casse sociale au catalogue


Près de 700 suppressions d’emplois à La Redoute ont été annoncées aux syndicats, mardi 29 octobre.

La Holding Kering, qui opère au recentrage sur le luxe (autour de marques comme Gucci ou Saint Laurent) s’apprête en effet à céder l’une de ses grandes enseignes de vente à distance.

Quelque soit le repreneur, Kering dépèce l’entreprise pour la vendre plus facilement : 700 suppressions d’emplois sont prévues sur un total de 2500 salariés que compte le groupe en France, alors que les bénéfices de 2012 ont atteint plus d’un milliard d’€.

Dans une région aussi sinistrée que le Nord-Pas-de-Calais, frappé par 14% de chômage, cette énième réduction d’effectifs à La Redoute suscite une très forte mobilisation.

Exigeant "zéro licenciement subi", une intersyndicale CGT-CFDT-SUD s’est constituée, organisant un débrayage et une manifestation le jour de l’annonce.

Outre l’absence de licenciements secs, la CGT réclame la mise en place d’un fonds de garantie des salaires sur dix ans.


Brève mise en ligne le 31 octobre 2013