"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2411613 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Rapport Pêcheur sur les Fonctionnaires : et maintenant, il faut ouvrir de vraies négociations

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Rapport Pêcheur sur les Fonctionnaires : et maintenant, il faut ouvrir de vraies négociations


Le 7 novembre le rapport Pêcheur a été remis aux organisations syndicales des trois versants de la Fonction publique.

A cette occasion, un premier tour de table a été mené par Marylise Lebranchu, la ministre de la Fonction publique qui devrait entamer une concertation le 5 décembre prochain. Pour la CGT Fonction publique, il est encore trop tôt pour avoir un avis définitif et bouclé tant que le gouvernement n’aura pas fait savoir ce qu’il retiendra du rapport.

La CGT Fonction publique note que "si, compte tenu d’années successives de politiques régressives, la nécessité impérieuse d’une vaste réforme de progrès sur la grille indiciaire, les traitements, les déroulements de carrière n’est pas contestable, celle-ci ne peut être envisagée dans un contexte dévastateur de politique d’austérité et elle ne peut pas être synonyme de mesurettes de pur affichage."

La CGT Fonction publique se félicite de ce que le rapport indique que "les services publics ne sont pas une exception vouée à l’extinction mais une valeur d’avenir", en réaffirmant la pertinence du Statut Général et de la Fonction publique de carrière. Elle partage aussi les critiques formulées contre la Révision général des politiques publiques (RGPP) et la réforme de l’administration territoriale de l’État (RÉATE) "conduites à marche forcée". De même elle partage l’idée que la part des primes "est devenue trop importante", que les déroulements de carrière sont devenus étriqués. Des constats que la CGT fait depuis des années.

Mais maintenant, le plus dur est à faire, car CGT Fonction publique a fait connaître son désaccord avec certaines pistes préconisées comme "le maintien du recours à l’intérim, la dilution de la prise en compte des diplômes, des corps à 3 grades quand nous en réclamons 2 maximum, l’écartement de toute forme d’indexation des salaires, le recours accru à des échelons fonctionnels ou spéciaux …" Enfin, la CGT Fonction publique a relevé que le rapport est "muet sur le façon dont on redonne concrètement de l’amplitude aux carrières, sur les façons de réduire l’emploi précaire, sur l’égalité professionnelle, sur les cadres d’emploi de la Fonction publique territoriale dont nous revendiquons l’abandon au profit de corps, l’abrogation de l’inacceptable système des "reçus–collés" toujours dans la territoriale, etc.

"Sur toutes ces questions, et bien d’autres, l’heure est à présent à de véritables négociations", affirme CGT Fonction publique qui les abordera "de manière offensive et déterminée."


Brève mise en ligne le 12 novembre 2013