"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2443153 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
La Redoute : douche froide pour l’emploi

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

La Redoute : douche froide pour l’emploi


L’annonce par les futurs repreneurs de la Redoute de la suppression de 1178 postes sur 3437 en quatre ans est ressenti comme un choc par les syndicats qui envisagent des actions coups de poing. Ils pourraient ainsi manifester lors du match de football entre Lille et Rennes, le 24 janvier, la famille Pinault, qui contrôle le groupe Kering, étant propriétaire du club breton.

"C’est une grosse douche froide concernant l’emploi", a réagi Fabrice Peeters, délégué syndical CGT. "Là, c’est la colère, j’ai envoyé quelques messages à quelques collègues qui m’ont répondu et ils sont tous abattus. Ils se demandent si aujourd’hui ils ne vont pas cesser le travail, parce que l’annonce est tellement fracassante, tellement assommante, que je pense que les bras de chacun en sont tombés", a-t-il assuré à l’AFP. Même surprise du coté de la CFDT dont le délégué assure : "Ils nous ont toujours dit qu’il allait y avoir un plan social équivalent à celui de 2008. Ils ont menti jusqu’au bout et là, aujourd’hui, on arrive à 1178 suppressions de postes".


Brève mise en ligne le 10 janvier 2014