"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2408157 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Bristol Meyer Squibb (Agen) : 4500 manifestants pour l’emploi

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Bristol Meyer Squibb (Agen) : 4500 manifestants pour l’emploi


Samedi 11 janvier , à l’appel des syndicats CGT, FO, UNSA, CFDT et CGC du site pharmaceutique agenais, 4500 salariés, élus locaux et citoyens ont manifesté à Agen afin d’exprimer leurs craintes sur l’avenir de l’emploi à BMS-Upsa. Ils étaient précédés d’une banderole "Sauvons nos emplois", et scandaient "le générique, c’est pas automatique".

Quelques 500 emplois sur les 1400 du site sont en effet hypothéqués par le projet de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) d’inscrire à son répertoire un équivalent générique au paracétamol. Or, 37% du paracétamol consommé en France est produit par le site agenais de BMS-Upsa. Le groupe américain envisagerait alors de délocaliser sa production. Les médicaments à base de paracétamol existent déjà sous forme générique mais ils ne sont pas inscrits au répertoire de l’ANSM qui recense l’ensemble des génériques et des princeps (forme originale) auxquels les pharmaciens ont le droit de les substituer. L’inscription du paracétamol dans cette liste signifie que les pharmaciens devront systématiquement délivrer un médicament générique lors de la présentation d’une ordonnance mentionnant du paracétamol, sauf si le médecin inscrit la mention "non substituable".

Le mouvement trouve des soutiens parmi les politiques du département et de plus particulièrement de l’Agenais et il reçoit le soutien de la Chambre de commerce et d’industrie de Lot-et-Garonne, tant cette menace risque de peser lourdement sur l’économie locale.


Brève mise en ligne le 13 janvier 2014