"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439741 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Conclusions sur l’accident de Brétigny : la CGT cheminots dénonce la destructuration de l’entreprise et demande un nouveau cap

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Conclusions sur l’accident de Brétigny : la CGT cheminots dénonce la destructuration de l’entreprise et demande un nouveau cap


La CGT Cheminots a réagi à la publication vendredi 10 janvier du rapport du Bureau d’enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) mettant en cause les règles de maintenance dans l’entreprise après le déraillement d’un train à Brétigny-sur-Orge le 12 juillet 2013.

Pour la fédération CGT, "les premiers éléments de ce rapport mettent en lumière les conséquences nocives de la déstructuration de l’entreprise SNCF et de la destruction massive d’emplois menée au pas de charge et ce depuis plusieurs années notamment pour la surveillance et la maintenance des infrastructures dans la proximité".

"Contraction de l’appareil de production, développement de la sous-traitance et recours aux emplois précaires, réduction des moyens humains et financiers" sont les éléments dont la CGT juge qu’ils "fragilisent" le service public ferroviaire.

La fédération revendique "un changement de cap dans le management de la sécurité et de la maintenance du réseau" et demande que la réforme du système ferroviaire se traduise "par la réunification de la SNCF et de RFF au sein d’une entreprise unique et intégrée".


Brève mise en ligne le 14 janvier 2014