"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407352 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Librairies Chapitre : le syndicat CGT appelle à l’occupation des sites non repris

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Librairies Chapitre : le syndicat CGT appelle à l’occupation des sites non repris


La CGT, premier syndicat des librairies Chapitre, qui baisseront définitivement leur rideau ce lundi soir, appelle les salariés "à occuper de façon illimitée" les magasins non repris pour obtenir "des garanties d’indemnités décentes".

Ce réseau des librairies Chapitre appartenant au groupe Actissia comptait 57 établissements et employait 1200 salariés. Il a été placé en liquidation judiciaire le 2 décembre mais avait été autorisé à poursuivre l’activité jusqu’à ce lundi 10 février, date à laquelle le tribunal de commerce de Paris doit examiner la troisième et dernière vague de dix offres de reprise qui ne permettra pas, quoi qu’il arrive, de sauver tous les emplois.

Des 57 librairies d’origine, 26 ont trouvé un repreneur et sur les 31 qui restent, 21 sont condamnées dès aujourd’hui : celles d’Altkirch, Aubenas, Boulogne-sur-mer, Calais, Colmar, Cannes, Douai, Dijon, Evreux, Forbach, Guebwiller, Lyon, Montbéliard, Mulhouse, Nancy, Nantes, Narbonne, Reims, Romans-sur-Isère, Tarbes et Tours. Avec une moyenne de 18 personnes par librairie, ce sont donc quelque 350 salariés qui sont touchés.

Une première réunion du comité d’entreprise doit avoir lieu le 13 février sur le plan social qui toucherait près de 450 salariés. Le président du réseau a déjà prévenu qu’il n’y aurait pas d’indemnités supra-légales, faute de trésorerie. "Les stocks de nos magasins sont nos indemnités. Nous salariés des librairies Chapitre, nous ne sommes pas responsables de ce gâchis. Après toutes ces années, nous ne partirons pas avec le minimum légal", prévient le syndicat CGT.


Brève mise en ligne le 10 février 2014