"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2443126 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Conflit chez STEF dans le Val-d’Oise : rassemblement contre la criminalisation de l’activité syndicale

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Conflit chez STEF dans le Val-d’Oise : rassemblement contre la criminalisation de l’activité syndicale


L’union départementale CGT du Val d’Oise appelle à un rassemblement le 19 février à partir de 7h00 du matin devant l’entreprise STEF (30 avenue des Béthunes à Saint Ouen l’Aumône) pour soutenir les salariés de cette entreprise en lutte et empêcher le licenciement des militants CGT convoqués ce jour là pour leurs entretiens préalables.

Rappelons depuis le 31 janvier 2014, les salariés du Groupe STEF sur le Site de Saint Ouen l’Aumône, spécialisé dans la logistique des produits surgelés pour le compte des magasins Picard, sont en grève sur des revendications salariales et de conditions de travail. La direction campe sur une posture répressive et laisse pourrir la situation en misant sur la fatigue des salariés grévistes. Comble d’arrogance, le groupe STEF exige comme préalable la tête des leaders syndicaux dont elle exige le retrait des mandats syndicaux avant toute négociation.

Voir notre article précédent


Brève mise en ligne le 18 février 2014