"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440713 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Fin de la trêve hivernale des coupures : un droit à l’énergie pour tous

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Fin de la trêve hivernale des coupures : un droit à l’énergie pour tous


Nous sommes à J-5 de la fin de la trêve hivernale : Alors que près de 8 millions de personnes sont en situation de précarité énergétique, à partir du 15 mars prochain, près de 600 000 foyers sont menacés par les coupures d’énergie. La CGT, sa fédération de Mines et de l’Énergie et Indecosa CGT * tenaient ce lundi 10 mars une conférence de presse pour alerter élus et gouvernement, pour appeler à la mobilisation contre les coupures et pour revenir au principe du droit à l’énergie pour tous.

La loi de 2012 "transition vers un système énergétique sobre", appelée aussi loi Brottes, interdit les coupures d’énergie et la résiliation des contrats à l’initiative des fournisseurs pour tous les consommateurs, du 1er novembre au 15 mars de chaque année. Donc, dès le 16 mars, des techniciens d’intervention devront se tenir prêts à couper le gaz et l’électricité à 600000 familles en situation de précarité sociale.

Pour Virginie Gensel, secrétaire générale de la CGT Mines-Énergie, "l’énergie est un produit de première nécessité et personne ne devrait en être privé." Or, rappelle-t-elle, "la libéralisation et la dérèglementation du secteur de l’électricité et du gaz, décidée par l’Union européenne, ont amplifié la précarité énergétique. Les lois du marché ont conduit à alourdir la facture énergétique fragilisant les foyers les plus modestes."

3,5 millions de ménage cumulent des contraintes financières, un habitat mal isolé, sans pouvoir choisir ni leur source d’énergie ni leur source de chauffage. La précarité énergétique, qui est un marqueur de l’exclusion sociale, engendre des conséquences sur la santé physique et mentale, sur les conditions de logement, sur la vie quotidienne. Si elle n’est pas endiguée, rappelle Arnaud faucon, d’Indecosa-CGT, elle renforce "la grande débrouille" : des branchements sauvages qui peuvent engendrer des drames.

La CGT demande :
- l’arrêt des coupures (gaz-électricité-eau) inappropriées ;
- des moyens pour la rénovation thermique des logements ;
- une fixation des tarifs nationaux élaborés de manière transparente par une commission regroupant élus, organisations syndicales et associations de consommateurs ;
- des mesures immédiates contre la précarité énergétique pour les habitations chauffées au bois, au fioul… ;
- la mise en place d’un pôle public de l’énergie pour lutter contre la déréglementation du secteur.

* Association pour l’information et la défense des consommateurs salariés CGT


Brève mise en ligne le 10 mars 2014