"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2441577 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Rencontre avec les syndicats espagnols : convergences syndicales par delà les Pyrenées

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Rencontre avec les syndicats espagnols : convergences syndicales par delà les Pyrenées


Alors que se prépare une grande Euromanifestation à Bruxelles le 4 avril à l’appel de la Confédération européenne des syndicats, le secrétaire général de la CGT a rencontré le 7 mars à Madrid ses homologues de l’UGT, Cándido Méndez Rodríguez et des commissions ouvrières (CC.OO.), Ignacio Fernandes Toxo. L’occasion pour les dirigeants syndicaux des deux pays de mesurer la convergence de vues sur la situation dégradée des travailleurs dans les deux pays, et les menaces qui pèsent sur les droits civiques, sur le système de négociation collective en Espagne ou encore sur les libertés syndicales.

L’augmentation du chômage, notamment de la jeunesse, menace l’avenir d’une grande partie de la population active en Espagne et préoccupe fortement les syndicats espagnols. La politique menée par le gouvernement Rajoy soulève des interrogations et réserves considérables chez les syndicats. Les trois dirigeants syndicaux partagent l’analyse que les politiques menées aussi bien par le gouvernement français que par le gouvernement espagnol se ressemblent beaucoup – à la différence près qu’en France la coalition s’affiche de centre-gauche, et en Espagne de la droite "décomplexée", ce qui lui permet, à ce titre, de s’attaquer à des droits civiques fondamentaux, comme le droit à l’avortement.

Le démantèlement du système de négociation collective en Espagne (qui comporte en particulier l’abandon de la hiérarchie des normes) jette les travailleurs de plus en plus dans une négociation individuelle face à leur employeur.

Thierry Lepaon, le secrétaire général de la CGT, a souligné que ces coupes dans les droits des travailleurs concernent tous les européens. Les salariés en France en ressentent d’ailleurs déjà les conséquences, car les nouvelles réalités en Espagne servent de prétexte au chantage ici.

L’échange a ainsi porté sur les difficultés qu’affrontent les Espagnols. Celles-ci ne relèvent pas uniquement du domaine économique, mais concernent également les droits civiques et fondamentaux.

Les syndicalistes espagnols ont insisté sur le renforcement des lois répressives, prétendument dirigées contre le terrorisme, mais en réalité appliquées contre des syndicalistes. Il en est ainsi par exemple du procès pénal actuellement en cours contre huit syndicalistes d’Airbus Getafe dans la banlieue de Madrid. Procès dans lequel le procureur requiert plus de 8 ans de prison ferme en moyenne contre chacun d’entre eux pour une participation à la grève générale appelée par les deux centrales espagnoles.

Des échauffourées avec les forces de l’ordre servent de prétexte pour criminaliser l’activité syndicale. Thierry Lepaon a transmis la solidarité de toute la CGT aux camarades espagnols de l’UGT et des Commissions ouvrières dans leurs efforts pour défendre le droit de grève en Espagne et aux huit accusés.

La suppression du droit de l’avortement projeté en Espagne est une autre préoccupation de la UGT et des CCOO et était le principal mot d’ordre pour la grande manifestation à Madrid du samedi 8 mars à l’occasion de la journée internationale des Femmes.

En marge de cette rencontre, les dirigeants se sont accordés sur leur analyse convergente de la situation des confédérations européenne des syndicats (CES) et la CSI, en préparation des congrès qui auront lieu dans les prochains mois.


Brève mise en ligne le 10 mars 2014