"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2410700 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
4 militants poursuivis en justice au Havre : CGT, FO, FSU et Solidaires unis pour la relaxe

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

4 militants poursuivis en justice au Havre : CGT, FO, FSU et Solidaires unis pour la relaxe


Le 21 février, quatre militants CGT, Reynald, Jacques, Pierre et Dominique étaient convoqués devant le Tribunal Correctionnel du Havre. Ils étaient accompagnés de milliers de personnes venus les soutenir. Le procureur de la République a, ce jour là requis 6 mois de prison ferme pour Reynald et Jacques, "pour avoir soi-disant brutalisé un huissier provocateur, mandaté par la société SPB, alors que l’Union locale CGT du Havre soutenait la lutte du personnel en grève !" , s’indigne l’union locale. La mobilisation pour la relaxe de ces quatre militants ne faiblit pas et dans un communiqué du 5 mars dernier, les organisations syndicales CGT, FO, FSU et Solidaires de la Seine-Maritime dénoncent "cet acharnement judiciaire envers les militants syndicaux qui sont trainés devant la justice pour avoir défendu les droits des salariés dans des actions collectives.

Nous ne pouvons accepter que l’institution judiciaire s’acharne contre les militants syndicaux alors qu’elle est plus réservée lorsqu’il s’agit d’actions du patronat et de ses représentants.

Nous avons besoin de justice pour lutter contre les fraudes et les licenciements.

Nous avons besoin de justice pour les salariés et leurs représentants, face aux attaques patronales.

Nous exigeons que le gouvernement vote rapidement une loi d’amnistie sociale portant des droits nouveaux, protégeant les militants syndicaux qui agissent dans le cadre de leur mandat, dans les actions collectives.

Refuser cette loi d’amnistie pour les syndicalistes serait, de la part du gouvernement, un message d’encouragement au patronat pour poursuivre sa politique antisociale dans notre pays et traquer celles et ceux qui s’y opposent."


Brève mise en ligne le 12 mars 2014