"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2412434 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Intérimaires et intermittents : ils préparent la mobilisation du 20 mars

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Intérimaires et intermittents : ils préparent la mobilisation du 20 mars


En dépit du report par le MEDEF de la dernière séance de négociation sur la convention d’assurance chômage du 13 au 20 mars, la mobilisation s’est poursuivie la semaine passée. Des intermittents du spectacle, rejoints par des intérimaires, dont le régime est également discuté dans le cadre de la négociation de l’assurance chômage, ont occupé jeudi après-midi la Cour des comptes à Paris. La veille, les intérimaires avaient mené plusieurs occupations d’agences d’intérim à Paris. Intérimaires et intermittents seront naturellement mobilisés ce mardi 18 mars dans le cadre de la journée unitaire interprofessionnelle et ils préparent la mobilisation pour ce jeudi 20 à l’occasion de la dernière séance de négociation sur l’assurance chômage.

Dans le conflit qui oppose le patronat aux salariés concernés notamment par les annexes 4 (intérimaires) et 8 et 10 (intermittents), la Cour des comptes a fourni les armes au MEDEF pour allumer la mèche dans la la négociation de l’UNEDIC. Ainsi, concernant les intérimaires, dans son référé, la Cour des comptes préconise en effet un alignement des règles de l’annexe 4 sur celles du régime général : "en clair sa suppression !", s’insurge l’Union syndicale de l’intérim CGT. Selon la Cour, “cela permettrait des économies pour le régime d’assurance chômage chiffrées à 320 millions d’€”.

L’Union Syndicale de l’Intérim CGT exige du PRISM’EMPLOI (patronat de l’intérim) de se positionner clairement pour le maintien de l’annexe 4. "Les salariés intérimaires ne veulent pas être les dindons de la farce ! Lorsqu’un salarié intérimaire ne travaille pas, il n’est ni coupable, ni profiteur."


Brève mise en ligne le 17 mars 2014