"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442232 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Airbus Defence & Space Toulouse : très forte mobilisation pour l’emploi

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Airbus Defence & Space Toulouse : très forte mobilisation pour l’emploi


La place du Capitole était noire de monde ce matin jeudi 27 mars. Les salariés d’Airbus Defence & Space (ex-Astrium) y ont manifesté dans le cadre d’une journée de grève contre le plan social qui prévoit 396 suppressions de poste sur leur site.

La division spatiale d’Airbus (ex Astrium) est la plus touchée par le plan du groupe d’aéronautique et de défense européen annoncé fin janvier. Il prévoit 5800 suppressions d’emplois sur environ 144000 salariés, avec 1070 suppressions chez Astrium sur environ 7000 salariés. Dans le détail, sont prévues 396 suppressions à Toulouse, 309 aux Mureaux (Yvelines) et 213 près de Bordeaux.

Les salariés "refusent le plan social qui est injustifié au regard des résultats de l’entreprise", insiste Michel Molesin, délégué CGT. "Supprimer des emplois dans une entreprise où les commandes et les bénéfices sont en hausse - même si la profitabilité n’atteint pas les niveaux que veulent les actionnaires - on considère que c’est une provocation".

Les salariés d’Astrium veulent aussi alerter l’État et le mettre devant ses responsabilités. Ils réclament une table ronde État syndicats-direction pour parler de l’avenir du groupe et plus généralement de la filière aéronautique et spatiale en France et en Europe.


Brève mise en ligne le 27 mars 2014