"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439819 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Molex (Villemur-sur-Tarn) : la justice tranche : les licenciements étaient injustifiés

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Molex (Villemur-sur-Tarn) : la justice tranche : les licenciements étaient injustifiés


Les salariés de Molex ont obtenu jeudi des prud’hommes de Toulouse la reconnaissance par la justice du travail que la fermeture de l’usine du géant américain et leur licenciement étaient dépourvus de justification économique. "On a toujours dit que la raison économique n’était pas justifiée, aujourd’hui la justice nous donne raison", a lancé le délégué CGT de l’usine Guy Pavan devant les anciens salariés de Molex rassemblés pour le jugement.

190 des 283 salariés de l’ancienne usine de connectique automobile avaient engagé devant les prud’hommes une action pour obtenir au total 22 millions d’€ de dommages et intérêts. Les juges ont tranché : leur licenciement était "sans cause réelle et sérieuse". Les prud’hommes leur accordent des indemnités considérables que leur avocat évalue à un total approchant les 15 millions d’€. L’attribution de ces indemnités est possible parce que le jugement met explicitement en cause la maison mère américaine, au même titre que sa filiale française placée en liquidation judiciaire en 2010.

Cette liquidation avait interrompu le versement des indemnités du plan social. Les salariés voyaient là des représailles à leur décision d’engager les poursuites devant les prud’hommes, et un moyen d’éluder les responsabilités de Molex Inc.

Me Denjean avait obtenu des prud’hommes, puis de la cour d’appel en février 2013, que la maison mère américaine soit déclarée "coemployeur", "une grande victoire, selon lui qui devrait interdire aux grands groupes étrangers d’évacuer leur responsabilité sociale".

Cette affaire aura sans doute des suites puisque, mauvais perdant, le groupe "conteste avoir agi en qualité de coemployeur et a déjà formé un recours devant la Cour de cassation, soulevant l’incompétence des juridictions françaises sur ce point".

Un appel de Molex bloquerait le versement des indemnités aux salariés. Mais "un pas très important est franchi", a souligné Me Denjean, l’avocat des salariés.


Brève mise en ligne le 28 mars 2014