"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2438071 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Entrepôts STEF de Saint-Ouen l’Aumône : le conflit continue et passe par la case "Justice"

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Entrepôts STEF de Saint-Ouen l’Aumône : le conflit continue et passe par la case "Justice"


Hier lundi 7 avril, le conflit salarial du site STEF qui dure depuis le 31 janvier a pris un tour juridique devant le Conseil des Prud’hommes de Pontoise où la CGT est venue exiger la réintégration des 11 militants et syndiqués grévistes de la CGT, licenciés au mépris du droit de grève. A cette occasion, un rassemblement a eu lieu devant le palais de justice de Pontoise auquel participaient Thierry Lepaon, le secrétaire général de la CGT ainsi que Meïssa Allal, dirigeante de la CGT et de l’union départementale du Val-d’Oise.

Depuis le premier jour de grève, la direction de STEF s’est livrée à un véritable plan de répression anti-syndicale avec au menu : mise à pied disciplinaire, intimidation, privation de salaire, licenciements et tentative acharnée d’éradiquer le syndicat CGT de l’entreprise. Mais cela n’a pas suffi à atteindre le moral des salariés qui continuent toujours la lutte et exigent aujourd’hui le respect du droit de grève et le droit de retrouver son poste de travail au sein de l’entreprise.

La décision de Justice sera connu le 12 mai prochain et en attendant, toutes les structures de la CGT poursuivent la mobilisation sur le terrain et vont multiplier dans les prochains jours les actions sur le lieu de travail.


Brève mise en ligne le 8 avril 2014