"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2412387 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Hill Rom (Pluvigner) : le spectre de la délocalisation s’éloigne grâce aux contre-propositions syndicales

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Hill Rom (Pluvigner) : le spectre de la délocalisation s’éloigne grâce aux contre-propositions syndicales


C’est un soulagement, mais pas encore le relâchement et l’insouciance pour les salariés de Hill Rom à Pluvigner (56), menacés depuis janvier dernier d’une délocalisation massive des services et la suppression de 140 emplois Hill Rom Europe dont 39 pour Hill Rom SAS France. Le fabricant américain de lits médicalisés d’annoncer l’arrêt du processus de délocalisation des sept centres de services locaux.

"Cette victoire ne doit pas cacher la seconde partie du dossier, à savoir la suppression de 55 postes du pôle industrialisation", se réjouit Bruno Bothua, pour le syndicat CGT qui salue le travail des représentants syndicaux qui ont porté un contre-projet, mettant notamment en avant l’accessibilité du site.

Pour cela, ils se sont fait épauler par une expertise du cabinet Secafi Alpha.

Le projet de la direction était notamment de créer un grand centre de services européen dans un pays de l’Europe de l’Est. Les représentants des salariés voulaient quant à eux démontrer qu’il coûterait moins cher à installer à Pluvigner, où 54 salariés sont déjà formés. Ils ont décidé de faire des contre-propositions pour combattre le plan de restructuration du groupe qui emploie 6000 personnes à travers le monde (536 personnes en France, dont 424 à Pluvigner). Son chiffre d’affaires de 1,7 milliard de $ (1,24 mld d’€) a progressé de 5% en 2013, avec un bénéfice net de 105 millions de $ (76 M€). Avec ce plan de restructuration, la direction vise une économie 30 millions de $ (21,94 M€) par an.


Brève mise en ligne le 22 avril 2014