"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2406638 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Intermarché : menaces sur les emplois malgré une très bonne santé financière

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Intermarché : menaces sur les emplois malgré une très bonne santé financière


Intermarché, qui compte environ 8000 salariés et qui se place au troisième rang des distributeurs en France, est en très bonne santé financière avec 8,8% d’augmentation de son chiffre d’affaire. Mais le groupe entreprend son 3e plan de sauvegarde de l’emploi en quatre ans !

Le distributeur envisage un plan de transformation de sa logistique qui aurait pour objectif de moderniser les entrepôts du groupe et de fait, une restructuration de ses effectifs : fusion de sites, mécanisation des services.

"La direction pense certainement que les salariés sont résignés et que ses propositions au rabais pourraient être acceptables : Elle ne sont que provocatrices et insultantes au regard de l’excellente santé des points de vente comme du groupe mais surtout du fait des centaines de licenciements secs", s’indignent unitairement les cinq organisations syndicales CGT-CFTC-CGC-FO-CFDT, dans un communiqué commun.

Elles déplorent en outre de n’être informés ni du nombre de suppressions de postes, ni des sites qui pourraient être fermés et redoutent la suppression de 4000 postes, soit près de la moitié des effectifs de cette branche.

Les négociations sur le plan en cours devraient durer encore quelques semaines, la prochaine réunion avec la direction est prévue le 4 juin prochain.

La CGT exige l’interdiction des licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices et l’instauration de contreparties obligatoires au Crédit d’impôt compétitivité d’emploi (CICE) et au pacte de responsabilité. Elle rappelle que c’est le coût du capital et non celui du travail qui freine la compétitivité des entreprises.

Des mobilisations intersyndicales ont eu lieu partout en France le 16 mai dernier et les organisations sont décidées à poursuivre l’action "tant que la direction ne donnera pas plus de réponses".


Brève mise en ligne le 27 mai 2014