"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2443109 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Sondage CGT-Harris Interactive : 87% des Français pensent que le coût du capital contribue aux difficultés économiques

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Sondage CGT-Harris Interactive : 87% des Français pensent que le coût du capital contribue aux difficultés économiques


A l’occasion d’un colloque sur le coût du capital et ses conséquences économiques et sociales qui a rassemblé plus de 150 personnes (dont plusieurs membres des Économistes atterrés) ce 2 juin, la CGT a commandé un sondage à l’institut Harris-Interactive pour évaluer quelle perception les Français ont des éléments qui freinent notre économie mais aussi quelles mesures économiques et sociales il faudrait privilégier pour sortir de la crise.

Interview de Thierry Lepaon, secrétaire général de la CGT

Il en ressort que 87% des Français pensent que le coût du capital, c’est-à-dire les dividendes accordés aux actionnaires ou les intérêts versés aux banques, "contribue" davantage aux difficultés de l’économie française que le coût du travail (81%). Ce dernier chiffre montre que la campagne menée par le Medef sur le coût du travail, relayée par le gouvernement, marque les esprits, mais ne parvient pas à détrôner la responsabilité de la financiarisation dans nos difficultés.

En termes de solutions à cette crise, l’action gouvernementale est très largement contestée. En effet, 80% des personnes interrogées jugent que les efforts demandés par le gouvernement pour améliorer la situation sont répartis de manière injuste (36% tout à fait injuste et 44% plutôt injuste).

Les Français appellent de leurs vœux une baisse des taxes, ainsi qu’une diminution du "coût du capital", avant de toucher au "coût du travail", et souhaitent que les salaires, comme les investissements, soient sanctuarisés. Pour une majorité (79%), l’augmentation des investissements serait d’ailleurs la mesure la plus efficace pour améliorer la situation économique du pays. Un chiffre qui valide la démarche syndicale européenne de la CES dans laquelle s’inscrit pleinement la CGT et qui propose de lancer à l’échelon européen un grand plan d’investissement.


Brève mise en ligne le 3 juin 2014