"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2439349 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Réforme pénale : journée d’action des pénitentiaires à Fresnes

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Réforme pénale : journée d’action des pénitentiaires à Fresnes


Les pénitentiaires seront mobilisés, vendredi 13 juin, à Fresnes. A l’appel de la CGT d’Ile-de-France, ils organisent une journée de protestation contre la réforme pénale.

Adoptée à l’Assemblée nationale le 10 juin dernier, cette réforme tendrait à "renforcer l’efficacité des sanctions pénales". Mais "elle manque d’envergure", estime la CGT pénitentiaire. Sont prévus 1000 postes supplémentaires, dont 660 conseillers d’insertion et de probation. "C’est insuffisant au regard des besoins actuels et de ceux impliqués par la création de nouveaux dispositifs comme la contrainte pénale, la libération sous contrainte…", précise le syndicat qui revendique un nombre limité de 40 personnes à suivre par travailleur social, contre 130 aujourd’hui, et ce dans le but d’assurer "un service public de qualité".

Les personnels mobilisés le 13 juin réclameront notamment des moyens humains et matériels pour la justice et les politiques d’insertion, une limitation du nombre de personnes prises en charge pour privilégier l’accompagnement social et non une simple évaluation du risque de récidive, ainsi qu’une formation de qualité en alternance.


Brève mise en ligne le 12 juin 2014