"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2442139 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Entrepôt STEF de Saint-Ouen l’Aumone : les prud’hommes ordonnent la réintégration de 10 salariés

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Entrepôt STEF de Saint-Ouen l’Aumone : les prud’hommes ordonnent la réintégration de 10 salariés


Le 1er juillet 2014, le conseil des prud’hommes de Pontoise a prononcé la réintégration de 10 des 14 salariés grévistes que la direction entendait licencier. Déjà en avril dernier, elle avait essuyé un refus de l’inspection du travail pour le licenciements de quatre élus CGT.

"Les patrons de la STEF s’étaient fixé l’objectif d’éliminer le syndicat CGT de Saint-Ouen l’Aumône (95) et d’anéantir par le même biais toute résistance dans l’entreprise en condamnant les travailleurs au silence", explique la fédération CGT de l’Agroalimentaire et de la forêt (FNAF-CGT) qui se réjouit de ce succès juridique.

Tout commence en décembre 2013, période haute de l’activité dans les entrepôts frigorifiques de la STEF qui travaille pour les magasins Picard. La direction a promis une prime de fin d’année à titre de « compensation » des cadences infernales de la période. En janvier, c’est avec surprise que les salariés constatent que la prime n’est pas versée. Les travailleurs avec leur syndicat CGT se mettent en grève pour exiger des augmentations de salaires, le paiement de la prime, l’amélioration des conditions de travail. Au lendemain de la grève, 14 travailleurs se retrouvent en procédure de licenciement. Désormais, la FNAF CGT, le syndicat de l’entreprise et les structures de la CGT en territoires vont poursuivre l’action afin d’obtenir gain de cause pour le onzième gréviste sanctionné.

Lire nos article précédents sur le même sujet :
- Ils bossent par -28° et revendiquent de dégeler leurs salaires
- Le conflit continue et passe par la case "Justice"
- La direction veut la tête des meneurs
- Rassemblement contre la criminalisation de l’activité syndicale


Brève mise en ligne le 8 juillet 2014