"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407086 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Caravane des saisonniers 11 juillet : étapes au Grau-du-Roi et Aigues Mortes

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Caravane des saisonniers 11 juillet : étapes au Grau-du-Roi et Aigues Mortes


C’est sous le soleil qu’une vingtaine de militants CGT du Gard et de l’Hérault sont partis ce 11 juillet, à la rencontre des saisonniers et vacanciers du Grau du roi et d’Aigues Mortes.

Près d’une vingtaine de militants se sont retrouvés pour cette initiative devenue une tradition depuis une quinzaine d’années. Ils sont salariés dans la métallurgie, La Poste, les télécoms, la santé, le commerce, l’agroalimentaire, l’énergie ou salariés privés d’emploi, ils se retrouvent tous pour la défense des droits des salariés saisonniers.

Cette initiative a reçu un accueil très favorable de la part des salariés concernés et parfois de certains employeurs eux aussi en recherche d’informations pour leurs salariés. Rachid et Sandra militants CGT de nos organisations de privés d’emploi de Nîmes et Montpellier soulignent l’intérêt de ce travail en commun : "Nous apprenons à nous connaître et, tous ensemble, nous sommes plus forts pour lutter contre la précarité".

Comment ne pas se sentir concerné dans un département où les prévisions d’embauche pour 2014 font état de 61% d’emplois saisonniers ? C’est le sens du témoignage de ce retraité venu encourager les militants : il trouve inadmissibles "les conditions dans lesquelles sont employés les saisonniers dans l’exploitation agricole dont il est voisin : payés à la tâche, embauchés à la journée, le plus souvent sans contrat de travail, "ramassés" le matin, sur la place du village, suivant les besoins en main d’œuvre de la journée".

Un militant conseiller prud’homal constate que, "malgré beaucoup d’abus, peu de saisonniers osent aller devant le conseil des prud’hommes ; pourtant ceux qui font la démarche voient généralement leurs droits reconnus".

Pour les aider, la CGT organise des permanences juridiques dans ses Unions Locales de Vauvert et Lunel.


Brève mise en ligne le 12 juillet 2014