"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440742 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Tour de France social 2014 : tourisme social, qualité et précarité

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Tour de France social 2014 : tourisme social, qualité et précarité


Samedi 19 juillet : les caravanes CGT des saisonniers s’arrêtent aujourd’hui à Dieppe (Seine-Maritime) et à Briançon (Hautes-Alpes). C’est aussi vers les Hautes-Alpes que se dirige la caravane CGT-NVO qui suit le Tour de France cycliste, puisque l’étape du jour relie Grenoble à Risoul.

Tourisme social en briançonnais : un tourisme de qualité pour les vacanciers et les saisonniers, mais la précarité est toujours là

En faisant étape dans le briançonnais, la caravane CGT des saisonniers rencontre notamment des salariés d’un centre de tourisme social. Ils défendent tous ardemment le concept de tourisme social, qui permet de proposer des vacances de qualité à un public peu fortuné tout en respectant les salariés.

Ils ont tous fait des saisons "ailleurs", mais qu’ils travaillent dans ce centre pour la première fois ou depuis des années, ils sont unanimes : ici, ils sûrs d’être payés pour les heures effectuées, d’avoir leurs jours de repos respectés et un contrat jusqu’à la fin de la saison.

Les saisonniers expliquent aux militants CGT que la situation n’est pas idyllique pour autant. Le salaire, c’est le SMIC, et à la fermeture du centre, c’est le retour à Pôle emploi. Il y a peu de chance d’obtenir un CDI en restant au pays et c’est difficile d’avoir accès à la formation professionnelle entre deux saisons.

Les perspectives d’emploi stable sont faibles dans le briançonnais et de nombreux employeurs en profitent. Les témoignages fusent et Christelle raconte ainsi qu’avant d’être embauchée au centre, elle a eu une proposition d’emploi pour le mois d’août : 1200€ pour travailler tout le mois, dix heures par jour et sans aucun jour de repos. Ou encore, un grand groupe fait miroiter des CDI et en profite pour ne pas payer les heures supplémentaires. Il donne les jours de repos quand ça lui chante, au salarié de montrer sa « motivation » s’il veut être embauché en CDI.

Durant ces rencontres entre militants CGT et saisonniers, il est aussi question du problème du logement : on peut se retrouver en colocation à huit, sans jamais vraiment pouvoir se reposer, car chacun a des horaires décalés.

"Être saisonniers, c’est être chômeur le reste de l’année"

Enfin, les saisonniers abordent aussi la question des démêlés avec Pôle emploi : être saisonnier, c’est être un chômeur le reste de l’année. Entre les délais pour être inscrit, car l’employeur n’a pas donné l’attestation de fin de contrat ou les fiches de paye, les radiations et les trop perçus, la liste des doléances est longue. Surtout, qu’il est difficile d’atteindre le seuil fatidique des quatre mois de cotisations pour pouvoir être indemnisé, la saison se concentrant sur deux mois. Alors, c’est la chasse au petit boulot, n’importe lequel, pour obtenir les précieuses heures.


Brève mise en ligne le 20 juillet 2014