"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407940 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Recycling (Montluçon) : poussières toxiques, la CGT porte plainte

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Recycling (Montluçon) : poussières toxiques, la CGT porte plainte


Malgré une première interpellation de la CGT il y a un an, les conditions de travail des salariés de l’entreprise de recyclage Recycling, à Domérat dans l’Allier, restent très préoccupantes. Le syndicat a déposé plainte au pénal et organisera le 5 septembre prochain une conférence de presse à 14 heures à l’union départementale CGT de l’Allier (Montluçon).

Les poussières respirées par les salariés de la chaîne de recyclage contiennent 28 métaux lourds. Une poly exposition des salariés qui n’est pas sans conséquence sur leur santé, affirme l’union départementale CGT de l’Allier, dans un communiqué de presse.

De nombreux salariés sont victimes de saignements de nez, de toux d’irritation, de maux de tête, de crachats de sang, de fatigues anormales….

S’ajoute à l’empoussièrement anormal tous les accidents liés à la manutention et au démantèlement : les appareils comme les machines à laver, par exemple, sont empilés sans palette, les frigos chargés dans les camions dégagent des vapeurs d’ammoniaque…

Un an après une première réaction de la CGT (écouter l’interview de Laurent Indrusiak, de l’union locale CGT de Montluçon, réalisée en mars 2013), certes "la situation s’est légèrement améliorée", confie la CGT, mais reste préoccupante. Les salariés sont encore exposés de façon importante, or, "ni l’employeur, ni les élus politiques et ni les services de l’Etat n’ont pris la mesure de la situation, ou peut être pire, ne veulent rien faire", s’indigne la CGT qui a déposé des dossiers prud’hommes au titre de préjudice d’anxiété et qui compte aller plus loin, en déposant plainte au pénal à l’encontre de la SARL EVE (manutention et destruction du petit électro-ménager), afin que les salariés de cette entreprise, mais plus largement l’ensemble des salariés de la filière cessent de risquer leur santé, voire leur vie en travaillant dans ces entreprises.


Brève mise en ligne le 1er septembre 2014