"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409538 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Hôtel Royal Monceau Paris : grève au palace pour les salaires et les conditions de travail

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Hôtel Royal Monceau Paris : grève au palace pour les salaires et les conditions de travail


Après leurs collègues des hôtels Hyatt Vendôme et Hyatt Madeleine fin septembre, c’est au tour des salariés du Royal Monceau Raffles de faire grève pour des augmentations de salaire et de meilleures conditions de travail dégradées suite à des départs non remplacés.

Un rassemblement devant le palace de l’avenue Hoche était organisé ce mardi entre midi et 14 heures marquant la détermination des salariés après une semaine de conflit. "Assez des salaires au rabais !", s’indigne le syndicat CGT, qui réclame une augmentation du taux horaire du personnel de 2€ - environ 300€ brut d’augmentation mensuelle -, soit la revalorisation obtenue par les femmes de chambres de l’hôtel Park Hyatt Paris-Vendôme.

Les grévistes réclament également la répartition équitable de la prime d’intéressement et la prise en charge par la direction de la mutuelle à hauteur de 70%. "Ces revendications doivent compenser la pénibilité et la surcharge de travail", explique Didier Del Rey, pour l’union syndicale du Commerce CGT de Paris. Dans cet hôtel, les conditions de travail se sont dégradées avec le non remplacement des départs. S’ensuivent de nombreux arrêts maladie au sein du personnel du palace parisien. Les salariés, dont de nombreuses femmes affirment dépasser leur quota quotidien de cinq chambres à préparer et nettoyer sans aucune compensation salariale, ni aucune prime pour le déménagement de mobilier dont se charge une partie du personnel.


Brève mise en ligne le 7 octobre 2014