"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2408403 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Liquidation de Bel Maille (Riorges) : 58 salariés en lutte pour sauver leurs emplois

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Liquidation de Bel Maille (Riorges) : 58 salariés en lutte pour sauver leurs emplois


La liquidation judiciaire décidée par le tribunal de commerce de Roanne le 16 octobre n’a hélas pas surpris les salariés de l’entreprise Bel Maille. Faute d’un projet de reprise viable, les 58 salariés s’attendaient à ce scénario. Mais ils ont décidé de se battre pour sauver leurs emplois et occupent leur usine. Ils exigent du liquidateur le doublement des indemnités conventionnelles de licenciement.

Leur détermination est aussi forte que leur colère car ils ont le sentiment que l’entreprise a été siphonnée par leur dernier patron, Stéphane Ziegler qui rachète l’entreprise Bel Maille en 2009 pour six millions d’€. L’entreprise fondée par le couple Bel se porte bien et son bilan financier est solide. Ainsi en 2011, le chiffre d’affaires frôle-t-il les dix-neuf millions d’euros. Aussi, le syndicat CGT s’est étonné à cette époque que le PDG, décide de changer de politique en s’orientant uniquement vers du textile haut de gamme, de luxe et en abandonnant les contrats portant sur les tissus grands publics sur lesquels étaient assise la santé financière de Bel Maille. Pour les syndicats, c’est un mauvais choix de gestion qui amène à ce que le chiffre d’affaire soit divisé par quatre en 2014 où il n’est plus que de cinq millions d’€. L’entreprise est alors placée en redressement judiciaire au mois de juin 2014. "C’est de l’incompétence" dénonce David Thomas, élu du CE et délégué CGT. Selon les syndicats, le patron enchaîne les licenciements abusifs pour fautes graves et incompétences, notamment dans l’encadrement.


Brève mise en ligne le 23 octobre 2014