"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2409411 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Centre de loisirs Maison du Bois-Lièvremont (Doubs) : CGT et parents d’élèves mobilisés pour les emplois du périscolaire

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Centre de loisirs Maison du Bois-Lièvremont (Doubs) : CGT et parents d’élèves mobilisés pour les emplois du périscolaire


L’annonce de la fin du contrat liant la fédération du Doubs de Familles Rurales avec la collectivité qui gère le centre de loisirs de Maison du Bois - Lièvremont a soulevé émotion et inquiétude parmi les salariés comme parmi les parents des élèves accueillis le matin, le midi, le soir, et pendant les vacances.

Pour économiser 1000€ sur trois ans, la municipalité aurait décidé de faire gérer cet accueil de loisirs par un autre prestataire de services, l’ADMR. Ce qui fait craindre au syndicat CGT de Familles Rurales des risques pour les quatre emplois de ce centre de loisirs. La section syndicale CGT Familles Rurales vient d’interpeller la Direction de l’association pour exiger le maintien de l’emploi. Pour la CGT, "lorsqu’il y a un changement de prestataire, tout doit être mis en œuvre pour qu’il n’y ait aucune suppression d’emploi. Mieux, c’est le repreneur (en l’occurrence ici l’ADMR) qui doit reprendre la totalité des contrats de travail." C’est ce que la CGT et les parents d’élèves sont venus exiger en se rassemblant devant l’hôtel de ville de Lièvremont mercredi 26 novembre afin d’interpeller la maire et le Conseiller général du canton.

Sans réponses des élus, la CGT de Familles Rurales entend organiser un nouveau rassemblement, cette fois devant l’ADMR à Valdahon la semaine prochaine.

Cette affaire montre la fragilité des montages d’activités essentiels à la vie des populations via des délégations de gestion ou des contrats négociés au moins disant. En général, la pression des donneurs d’ordre aboutit à faire payer aux salariés de ces associations le prix fort en termes de salaire, de précarité, de conditions de travail. On retrouve les mêmes phénomènes dans le domaine des services à la personne pour le maintien à domicile des personnes âgées, par exemple.


Brève mise en ligne le 27 novembre 2014