"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2431496 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Ex-biscuiterie Jeannette : les ex-salariés relaxés

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Ex-biscuiterie Jeannette : les ex-salariés relaxés


La justice a débouté jeudi 5 février le propriétaire des murs de l’ex-usine Jeannette à Caen qui réclamait 128500€ à des salariés licenciés par la biscuiterie liquidée, pour l’occupation du site pendant 344 jours

Voici le communiqué de l’Union locale CGT de Caen

La courageuse lutte des ex-salariés JEANNETTE

La décision de la juge des référés était impatiemment attendue partout en France. Cette juridiction, au delà d’une décision motivée en droit, a aussi au travers de son jugement salué l’aspect humain de la courageuse lutte des ex-salarié-e-s JEANNETTE.

Ainsi ce tribunal a débouté de l’ensemble de ses demandes le propriétaire des murs de la biscuiterie. Propriétaire qui use et profite du combat des ex salarié-e-s en exploitant la marque JEANNETTE de façon scandaleuse sur plusieurs centres de profits en Normandie.

C’est la décision de la sagesse et du bon sens, reste que ces assignations sont des biens mauvais signes envoyés aux salariés qui se battent pour préserver leur emploi et le patrimoine industriel français, dans un pays qui compte plus de 3,5 millions de chômeurs.

Cette ordonnance est le dernier acte qui met un point final aux 344 jours de surveillance citoyenne de l’usine, mais surtout pas la fin d’un combat. Il reste maintenant à écrire la deuxième partie de cette héroïque épopée, celle qui permettra, souhaitons le, un redémarrage rapide de l’activité afin que le plus grand nombre de ces ex salarié-e-s puisse retrouver leur emploi.

Pour ce faire, trois étapes doivent se concrétiser :
- dans un premier temps c’est l’immatriculation définitive de l’entreprise qui devrait intervenir avant la fin du mois.
- Après cette immatriculation, Monsieur VIANA annoncera officiellement le lancement de l’actionnariat participatif ;
- Il faut aussi trouver dans les meilleurs délais le site qui le permettra la ré industrialisation.

Une fois ces trois conditions réunies les ex-salariés, Monsieur VIANA et l’organisation syndicale CGT auront réussi l’incroyable exploit de faire redémarrer l’entreprise JEANNETTE que tous les anciens acteurs du dossier avaient prématurément condamnée.


Brève mise en ligne le 6 février 2015