"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2344114 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le lundi 26 juin 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Radio France : appel intersyndical à la grève le 11 février contre le désengagement de l’État et une politique de "démolition programmée de Radio France"

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Radio France : appel intersyndical à la grève le 11 février contre le désengagement de l’État et une politique de "démolition programmée de Radio France"


La CGT Radio France, en intersyndicale avec la CFDT Radio France, le syndicat national Force ouvrière de radio et télévision (SNFORT), Sud Radio France et l’Unsa, appelle tous les personnels de Radio France à cesser le travail, mercredi 11 février 2015, pour que :
- l’État donne les moyens nécessaires au développement et à l’accomplissement des missions de service public de Radio France.
- la direction maintienne les emplois et abandonne ses méthodes brutales, ses projets de restructuration et d’externalisation.

Le syndicat national de radiodiffusion et de télévision (SNRT) CGT de Radio France dénonce le désengagement financier de l’État et la politique de la direction qui en fait porter les conséquences sur les savoir-faire et la qualité du service. Le syndicat condamne une démarche qui dénote un mépris certains du travail accompli par les équipes et ressemble à une "faillite méthodiquement planifiée de nos métiers, nos emplois, notre santé et de nos radios !"

Le 22 janvier 2015, le conseil d’administration a adopté un budget en baisse de 21,3 millions d’€ (de 685,2 M€ à 663,9 M€) et un communiqué de la direction annonçait alors qu’"une politique rigoureuse est dès à présent déployée en matière d’investissements et de gestion des effectifs."

Désengagement de l’État et remise en cause du savoir-faire du service public

La CGT Radio France explique dans un tract du 2 février 2015 ce que signifie cette "politique rigoureuse". Il s’agit avant tout d’un désengagement de l’État, qui avait déjà diminué de 80 millions d’€ le montant qu’il s’était engagé à verser au titre de la contribution au contrat d’objectifs et de moyens (COM), le document qui définit les orientations stratégiques et le cadre économique de l’activité de Radio France.

Ce désengagement se traduit par des coupes budgétaires qui menacent directement l’organisation du travail et les savoir-faire, voire l’existence de certains métiers au sein des équipes de Radio France. Dès le 20 janvier, lors d’une réunion du comité central d’entreprise (CCE), la direction annonçait la fin de certains services transversaux travaillant pour les différentes antennes. Annonces confirmées le 27 janvier par Catherine Sueur, directrice générale déléguée de Radio France, lors d’une réunion exceptionnelle des salariées de la direction des personnels de production (DPP). Le syndicat voit dans ces suppressions, non seulement une atteinte à des métiers transversaux au service de toutes les chaînes de Radio France, mais aussi une façon de casser des corps de métier structurés et revendicatifs.

Créer les (mauvaises) conditions "justifiant" l’externalisation

Les militants notent que cette "rigueur", c’est aussi la diminution des effectifs et la réduction des moyens, ce qui conduit à une dégradation des conditions et de la qualité du travail, afin de permettre à la direction de justifier un recours plus fréquent à des prestataires externes. Ils notent que c’est déjà le cas pour les services d’accueil et de propreté et que cela se fait à coups d’intimidations et sans dialogue social. On est loin de la déclaration de Catherine Sueur faite en juin 2014 à la République du centre : "J’aime le dialogue social. On ne dirige pas une entreprise seulement avec ses cadres."

Les régions, les services et les formations musicales menacées

Les coupes budgétaires se traduisent aussi par la suppression de micro-locales, ces chaînes du réseau France Bleu ayant une structure dédiée décentralisée en région, et par des menaces qui pèsent sur les formations musicales et sur Sophia, la banque de programmes à destination des radios indépendantes. Là encore, il s’agirait de laisser la place aux opérateurs privés.

La CGT Radio France fait remarquer qu’à l’opposé de ces restrictions, la rénovation du bâtiment absorbe "toutes les ressources financières de Radio France au détriment de tous les autres secteurs." D’un budget estimé à moins de 200 millions d’€ en 2004, on approcherait désormais les 600 millions d’€, et les travaux ne sont pas encore terminés. Les dépassements seraient essentiellement dus, d’après les parlementaires travaillant sur les budgets de l’audiovisuel public, aux décisions de la direction de l’entreprise.

Rappelons que Radio France, c’est plus de 4000 salariés au service du public, répartis au sein de sept chaînes de radio (France Inter, France Info, France Bleu, France Culture, France Musique, Fip et Mouv’) et quatre formations musicales (Orchestre national de France, Orchestre philharmonique de Radio France, Chœur de Radio France, Maîtrise de Radio France).

Cliquer ici pour voir le tract de la CGT Radio France du 2 février 2015


Brève mise en ligne le 9 février 2015