"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2410395 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Libertés fondamentales : rassemblement "Ne touchez pas au droit de grève !"

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Libertés fondamentales : rassemblement "Ne touchez pas au droit de grève !"


Paris, 18 février 2015, sur le Parvis des Droits de l’Homme, au Trocadéros Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, aux côtés des secrétaires généraux de la CFDT et de FO, a participé au rassemblement en défense du droit de grève.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la confédération syndicale internationale (CSI), a pris la parole pour souligner avec fermeté l’attachement des travailleurs du monde aux droits fondamentaux, et en particulier leur droit de se mettre en grève. Elle en a appelé aux employeurs pour respecter ces droits partout dans le monde, et pas seulement dans les pays où le droit national les garantit.

Le rassemblement à Paris fait partie d’une mobilisation mondiale pour défendre la garantie du droit de grève contenue dans la convention 87 de l’organisation internationale du travail (OIT), qui est actuellement remis en question par le patronat mondial, dont le MEDEF français. Pour beaucoup de travailleurs dans le monde, c’est la possibilité de se mettre en grève qui constitue le dernier rempart contre l’exploitation sans merci. Pour Philippe Martinez, ce droit est menacé "partout, même en France", où "chaque fois que des salariés se mettent en grève, les employeurs font appel à des huissiers et traduisent des militants syndicaux devant les tribunaux."

Bernard Thibault, représentant français pour les travailleurs au conseil d’administration de l’OIT, a souligné dans son intervention que, depuis 2012, employeurs et travailleurs s’opposent au sein du BIT, le secrétariat permanent de l’OIT, sur l’interprétation de la convention 87 sur la liberté syndicale, entrée en vigueur en 1950. Or, pendant 70 ans de jurisprudence constante, la garantie du droit de grève n’était remise en question par personne.

Ce conflit fera l’objet d’une tentative de conciliation à Genève à partir du 23 février entre les gouvernements, les travailleurs et le patronat. Il sera à l’ordre du jour de la prochaine réunion du conseil d’administration de l’OIT en mars.

Voir la tribune unitaire CGT, CFDT, FCTC et FO sur la défense des libertés fondamentales dans le monde


Brève mise en ligne le 19 février 2015