"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440243 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Après 5 semaines de conflit à Sisteron : victoire chez Sanofi sur les salaires et l’emploi

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Après 5 semaines de conflit à Sisteron : victoire chez Sanofi sur les salaires et l’emploi


Alors que les salariés de l’usine Sanofi de Sisteron peuvent célébrer la victoire après cinq semaines de combat, mais qu’un salarié du site de Strasbourg s’est suicidé, la CGT Chimie rappelle que d’autres luttes sont en cours dans le groupe pharmaceutique pour les conditions de travail et la prise en compte de la pénibilité.

Les cinq semaines de lutte de l’usine Sanofi de Sisteron, dans les Alpes-de-haute-Provence, se terminent en effet par l’obtention de :
- 80€ net sur la prime de poste afin de compenser la pénibilité subie par des équipes travaillant en faisant, par exemple, les "3x8".
- 3 embauches.
- La garantie d’investissement sur un nouvel incinérateur.

La fédération nationale CGT des industries chimiques (FNIC) souligne que la politique du groupe pharmaceutique – qui fait des milliards d’€ de bénéfices et touche des dizaines de millions d’euros de la part de l’État sous forme de crédits d’impôts – axée sur la rentabilité financière, fait des dégâts. Preuve en est le suicide, il y a quelques jours, d’un salarié sur le site de Strasbourg.

La FNIC-CGT rappelle que plusieurs sites Sanofi sont toujours dans l’action revendicative, par exemple Ambarès, dans la Gironde (33), en lutte depuis janvier pour une meilleure prise en compte de la pénibilité, ou Elbeuf, en Seine-Maritime (76), qui entame une lutte pour la requalification des salariés intérimaires, la négociation des classifications et les conditions de travail des postés.

Cliquer ici pour voir le communiqué de la CGT Chimie sur la lutte victorieuse chez Sanofi Sisteron


Brève mise en ligne le 9 mars 2015