"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440683 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Travailleurs sans-papiers - Salon de coiffure du 57 boulevard de Strasbourg (Paris) : la régularisation après un an de lutte

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Travailleurs sans-papiers - Salon de coiffure du 57 boulevard de Strasbourg (Paris) : la régularisation après un an de lutte


Après presque une année de lutte contre un système mafieux qui exploite des travailleurs sans-papiers, les salariés du 57 boulevard de Strasbourg, à Paris, vont enfin obtenir leur régularisation.

Le ministère de l’Intérieur a en effet annoncé, vendredi 3 avril 2015, que les quatorze salariés sans-papiers du salon de coiffure se trouvant au 57 boulevard de Strasbourg, dans le 10e arrondissement de Paris, vont se voir remettre un titre de séjour permettant de régulariser leur situation.

L’union départementale CGT de Paris, qui les soutient avec acharnement depuis le début de leur action, explique que, début mars, la préfecture de police avait annoncé ne vouloir régulariser que cinq des quatorze salariés sans-papiers. Devant cette injustice, militants et travailleurs ont continué de se mobiliser.

C’est en mai 2014 que les dix-huit salariés de ce salon de coiffure – dont quatorze sans-papiers – ont eu le courage de se révolter contre un système mafieux basé sur leur exploitation et leur asservissement. Malgré de nombreuses tentatives d’intimidation, ils ont porté plainte pour "traite des êtres humains", occupent le salon et sont en grève depuis huit mois.

Voir la page consacrée à la lutte des salariés du 57 boulevard de Strasbourg sur le site de l’UD CGT 75


Brève mise en ligne le 7 avril 2015