"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2371486 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le jeudi 10 août 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Raffinerie Total de La Mède : un projet de reconversion douteux et 180 postes supprimés

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Raffinerie Total de La Mède : un projet de reconversion douteux et 180 postes supprimés


La compagnie pétrolière Total a officialisé, jeudi 16 avril, son plan de reconversion du site de La Mède. Un projet qui prévoit l’arrêt du raffinage de pétrole brut dans les Bouches du Rhône d’ici 2016 ainsi que la suppression de 180 postes.

Le géant pétrolier, qui vient de verser plus de 7 milliards de dividendes à ses actionnaires, promet un reclassement pour tous les employés notamment dans le biocarburant de première génération. La CGT, par l’intermédiaire de son délégué syndical Medhi Rachid, dénonce un plan « loin d’être pérenne ». Le biocarburant, qui n’est pour l’instant qu’un produit de niche, est très peu utilisé, ce qui donne au projet des relents d’enfumage. Car Total continuera de raffiner la même quantité de pétrole dans des pays où la main d’oeuvre est moins chère et la France devra importer un carburant qu’elle pourrait raffiner elle-même.

D’ici 2020, ce sont près de 250 emplois sur les 500 qui sont voués à disparaitre. A cela, il faut ajouter les emplois de sous traitance liés à la raffinerie. En effet, le port de Marseille-Fos pourrait voir son trafic baisser drastiquement et emporter dans sa chute près de 20 000 emplois dans la région.

La CGT a d’ores et déjà annoncé qu’elle allait mandater un cabinet d’expert pour étudier le plan proposé. De leur coté, les salariés ont déjà effectué une grève de 48h , directement après l’annonce du projet. Une nouvelle journée d’action se prépare pour le 29 avril, jour du premier comité d’entreprise où la CGT mandatera ses experts. Ici va se jouer une partie importante de la désindustrialisation Française et ni les salariés ni la CGT ne baisseront les bras.


Brève mise en ligne le 22 avril 2015