"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2407553 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mercredi 4 octobre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Groupe Apave : "Des propositions salariales indigentes, indignes et injustes"

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Groupe Apave : "Des propositions salariales indigentes, indignes et injustes"


0% d’augmentation générale pour les cadres, et 0,3% pour les autres (soit à peine 3€ net par mois pour la masse de salariés au minimum garanti). C’est "l’augmentation" salariale qu’a proposé la direction d’Apave à ses salariés à l’issue d’une réunion de négociation (NAO).

Il faut préciser que le bénéfice opérationnel du groupe, premier organisme de contrôle et de prévention Français, s’élève à plus de 40 M€…

Révoltés par cette annonce, l’intersyndicale CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FO appelle les 10650 salariés, dont 8000 ingénieurs et techniciens des Apave à la grève dans les 130 agences réparties France le 15 juin prochain, avant la dernière séance de négociation.

Les salariés déplorent n’obtenir, en échange de leurs "efforts consentis depuis des années au nom de la pérennité de l’entreprise", que "des propositions salariales indigentes, indignes et injustes", comme le précise dans un communiqué l’intersyndicale. Ils se retrouvent "en butte à une organisation du travail de plus en plus autoritaire, arbitraire et déshumanisée (pilotage logiciel à outrance) sous couvert de modernité et d’industrialisation, mettant en danger la santé de nombreux salariés".

Le 15 juin donc, les salariés cesseront le travail pour :
- exiger une revalorisation décente de leurs salaires ;
- exiger des avancées significatives vers l’égalité de traitement entre les femmes et les hommes ;
- arrêter la purge des services administratifs et la surcharge de travail permanente des services techniques et de production ;
- que cesse une gestion managériale par le bâton et le stress anxiogène des salariés qui en découle ;
- assurer la sauvegarde de leurs emplois, de leurs métiers et le respect du cadre réglementaire applicable à leurs activités de contrôle, de prévention et de formation au bénéfice des clients et adhérents ;
- exiger la mise en œuvre d’un réel dialogue social au sein du groupe.


Brève mise en ligne le 12 juin 2015