"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

    Négociations Annuelles Obligatoires 2017

    Vous trouverez ci-dessous les revendications qui ont été défendues par les Organisations Syndicales CFE/CGC, CGT et FO lors de la réunion des Négociations Annuelles Obligatoires du mardi 17 octobre 2017. Ces revendications ont l’adhésion des représentants (...)

    Négociation sur l’harmonisation des statuts : DANGER !

    Nous avons appris que l’employeur a supprimé unilatéralement 6 jours de Congés Trimestriels à certainEs salariéEs. Les Organisations Syndicales CFDT, CFE/CGC, CGT et FO appellent l’ensemble des salariéEs à faire preuve de la plus grande vigilance et à nous signaler toutes (...)

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2440242 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le vendredi 10 novembre 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Emploi : marche des salariés de Vivarte le 13 juin

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Emploi : marche des salariés de Vivarte le 13 juin


Le groupe de prêt-à-porter Vivarte a annoncé, mardi 9 juin, un plan de suppression d’emplois de plus 1600 postes. Pour protester, les 75 salariés de la logistique de La Halle aux Vêtements, soutenus par l’intersyndicale CFDT, CFTC, CGT, CGC-CFE, FO, SUD, appellent l’ensemble de la population à venir les soutenir, en marchant avec eux du Parc des Expositions jusqu’à la mairie de Châteauroux le 13 juin 2015.

L’annonce du plan de licenciements intervient alors que "Le Parisien/Aujourd’hui en France" révélait récemment que le PDG de Vivarte de 2012 à 2014 aurait touché 3 millions d’€ d’indemnités de départ fin 2014.

Interrogé par "Les Echos", ce dernier déclarait ne pas connaître la stratégie de ses successeurs et laissait lui même entendre que les choix économiques du groupe seraient dus au fait que des fonds de pension souhaitent des dividendes impossibles à verser, assurant : "Il y a des fonds créanciers qui se croient chez eux et majoritaires".


Brève mise en ligne le 12 juin 2015