"Si tu ne partages pas la lutte,
 tu partageras la défaite" (Bertolt Brecht)
Le site de la Section Syndicale CGT de l'Adapei Papillons Blancs d'Alsace
Quoi de neuf chez nous?

Plan du site Archives du site Abonnement RSS
Outils CGT Playliste Mentions légales
Défouloir Massacre SPIP
Espace privé
2360235 visiteurs depuis le 01/11/2004
Dernier article publié le mardi 18 juillet 2017
Dernière brève publiée le mercredi 1er février 2017
Contacter votre
Contacter le
Site mieux vu avec FIREFOX
Emploi : victoire des syndicats CFDT, CGC et CGT : le PSE d’Euronext Paris est refusé

L'actualité en 2542 brèves

brève précédente    brève suivante

Emploi : victoire des syndicats CFDT, CGC et CGT : le PSE d’Euronext Paris est refusé


Grâce à la mobilisation de l’intersyndicale, la Direccte a rejeté la mise en œuvre du PSE (Plan de Sauvegarde de l’Emploi) au sein de la société financière Euronext Paris. Une victoire notable dans la lutte contre la détérioration des conditions de travail des salariés du groupe.

Malgré une santé économique exceptionnelle et des résultats supérieurs à ceux envisagés (marge d’EBITDA supérieure de trois points et cours de l’action en hausse au second trimestre), le groupe Euronext a un temps envisagé la mise en place d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi qui visait 86 salariés en France. Une aberration, d’autant plus que ses résultats publiés fin juillet ont annoncé des objectifs de croissance et d’économies de coûts d’ores et déjà atteints, et ce avec un an d’avance sur le calendrier initial.

Face à l’hypocrisie et au risque que représente la mise en place d’un PSE alors que les comptes de l’entreprise sont au beau fixe, l’intersyndicale CFDT, CGC et CGT a d’abord rencontré les Autorités de Tutelle, le Ministre du Travail, le Ministre de l’Économie et des finances et l’Autorité des Marchés Financiers, afin d’informer celle-ci des risques et des conséquences d’un tel projet.

Dans une lettre d’observation de 17 pages, la Direccte Île-de-France (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) a également signalé à la direction d’Euronext Paris les irrégularités et les incohérences de la mise en place d’un PSE dans l’entreprise.

Après cette victoire, les organisations syndicales présentes mettent en garde le prochain PDG du groupe Euronext sur la fracture sociale engendrée par ce projet et la défiance des salariés envers la direction, qui n’a à aucun moment pris en considération les conséquences humaines que pouvait avoir ce projet.

Malgré les pressions qu’ils ont pu subir, les organisations syndicales remercient le professionnalisme et l’implication des salariés de la Direccte, de la CRAMIF, de l’inspection du travail et de tous leurs interlocuteurs.


Brève mise en ligne le 6 août 2015